outre-mer
territoire

Les douanes de Guyane interceptent moins de mules mais saisissent plus de cocaïne

trafic de drogue
Trafic de cocaïne au départ de la Guyane
Des douaniers à l'aéroport d'Orly. ©Tessa Grauman
Le bilan de l'année 2019 fait état de plus d'une tonne de cocaïne saisie par les services douaniers de Guyane. Une quantité similaire à l'année passée avec pour différence, le nombre de mules intercéptées, en baisse.
Les douanes de Guyane ont intercepté "1.072 kg de cocaïne" en 2019, selon un bilan fourni à l'AFP, un nouveau record dans ce département français d'Amérique du Sud, tandis que les interpellations de mules (passeurs de drogue) ont diminué.

Le chiffre des saisies de cocaïne est similaire au résultat déjà record de 2018 : 1.024 kg. Il consacre une augmentation de presque 4,7% en un an. En cinq ans, ces saisies de cocaïne ont été presque multipliées par 7,5.
 

3,2 kg en moyenne par mule

Les douanes ont également interpellé 337 mules en 2019 : c'est nettement moins que le chiffre record de 2018 (486) mais plus que chacune des quatre années précédentes (de 2014 à 2017) durant lesquelles le nombre de mules arrêtées par les douanes n'aura jamais atteint la barre de 280. Ces mules qui cachent de la cocaïne dans leur corps ou leurs bagages contre rémunération, sont souvent recrutées par les trafiquants parmi la population sans diplômes ni ressources, de Guyane. 
 
En 2018, la masse saisie était en moyenne de 2,1 kg par mule interceptée. En 2019, ce rapport est proche de 3,2 kg. Les mules semblent donc transporter de plus lourdes quantités mais les interceptions révèlent aussi un choix : "Notre stratégie vise à interpeller les plus grosses quantités de cocaïne qui circulent (...), en poussant nos recherches sur les bagages et à corps", a indiqué  à l'AFP Patrick Pichon, directeur principal des services douaniers et chef du pôle d'orientation des contrôles au sein des douanes de Guyane.

Au total, tous services confondus, 379 mules ont été interpellées en Guyane en 2019 (dont 89% par les douanes) contre 577 l'année précédente. Seules 183 avaient été interpellées en 2014.