Emmanuel Macron: "L'outre-mer ne doit pas être une périphérie de l'audiovisuel public"

audiovisuel
Macron et Girardin
Emmanuel Macron et Annick Girardin lors de la présentation du Livre bleu à l'Elysée, le 28 juin 2018 ©BERTRAND GUAY / POOL / AFP
"L'Outre-mer ne doit pas être une périphérie de l'audiovisuel public": voilà ce qu'a déclaré Emmanuel Macron  mercredi soir lors d'un dîner à l'Elysée avec des élus ultramarins, alors que l'inquiétude monte sur l'avenir de France Ô, chaîne de France Télévisions dédiée aux outre-mer.
 "Je sais les inquiétudes sur l'audiovisuel et l'outre-mer", a déclaré le président de la République, à la veille de la présentation du Livre bleu Outre-mer, qui va définir la politique du gouvernement pour les Outre-mer durant le quinquennat.
 

Pas de décision unilatérale

 "Ce sujet sera décidé ensemble", a-t-il indiqué aux élus ultramarins, "avec deux principes: on doit moderniser notre audiovisuel public (....), et l'outre-mer ne doit pas être une périphérie de l'audiovisuel public, cantonné à une chaîne ou à des ambitions qui je pense étaient trop limitées".


Une ambition supplémentaire

 Il a souhaité "une ambition supplémentaire", avec "des garanties qui doivent être posées aujourd'hui, suivies et donc concertées". "Je compte sur vous pour que sur ce sujet, la présence ultramarine soit pensée et avance", a-t-il poursuivi.
           
La ministre de la Culture Françoise Nyssen a indiqué début juin, en présentant la réforme de l'audiovisuel public, qu'il faudrait "déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Première."
 
siege France Ô
Le siège de France Ô à Malakoff, Hauts-de-Seine


Mercredi, la délégation aux outre-mer de l'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une motion demandant le maintien sur la TNT de France Ô.
 Une intersyndicale des salariés de France Ô a été créée pour défendre la chaîne et "la maintenir sur la TNT". Une pétition "#SauvonsFranceÔ" a aussi été lancée.