Étudiants ultramarins : quelles sont les aides que vous pouvez demander ?

coronavirus
Résidence universitaire de Nanterre
Une des residences etudiante au Crous de Nanterre. ©Franck Renoir / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Le confinement a mis à rude épreuve les étudiants ultramarins, notamment ceux qui sont restés dans l'Hexagone loin de leurs proches et avec des ressources financières amoindries par la crise. Outre-mer la 1ère vous guide pour retrouver toutes les aides auxquelles vous avez droit.
Le 4 mai dernier, Édouard Philippe annonçait une aide exceptionnelle de 200 euros pour les étudiants précaires, notamment les étudiants ultramarins restés dans l'Hexagone pendant le confinement. Pour l'obtenir, il faudra remplir un questionnaire sur le site du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
 
Elle ne sera pas cumulable avec le dispositif de chômage partiel ou l'aide aux auto-entrepreneurs mais pourra compléter les bourses et aides d'urgences déjà existantes. En effet, d'autres dispositifs peuvent venir en aide aux étudiants ultramarins.
 

► Aide d'urgence de 500 euros

Un numéro vert d'urgence a été mis en place afin de permettre aux étudiants ultramarins en difficultés financières graves de demander une aide pouvant monter jusqu'à 500 euros. En appelant ce numéro, l'étudiant devra répondre à quelques questions permettant de déterminer ses besoins. Les conseillers pourront également l'orienter vers les services qui correspondent à ses besoins, quels qu'ils soient. 

Pour effectuer une demande d’aide d’urgence appelez le numéro 0 806 000 278 (prix d'un appel local non surtaxé), du lundi au vendredi de 9h à 17h. 
 

► Chèques alimentaires

Boursiers ou non boursiers, dépendants du CROUS ou non, tous les étudiants ultramarins en difficulté pour se nourrir peuvent demander des chèques alimentaires auprès des services sociaux du CROUS.

Cliquez sur la carte pour trouver le contact du CROUS de votre région :

Il existe également des distributions de paniers-repas ou de produits de première nécessité. Elles sont organisées par des associations, certaines en lien avec la délégation interministérielle à l'égalité des chances Outre-mer et à la visibilité. Des épiceries solidaires ont également été mises en place sur certains campus. 
 
Sur la plateforme Outre-mer solidaires mise en ligne par la délégation, tous les étudiants peuvent trouver des aides disponibles près de chez eux. Chacun peut aussi proposer son aide, qu'il s'agisse de livraisons de repas, d'un soutien psychologique, ou tout simplement de répondre aux questions que peuvent se poser les étudiants. 
 

​​​​​​► SOS Loyers

Payer son loyer alors que les sources de revenu que représentaient les jobs étudiants ont été stoppées net par le confinement, est une problématique qui touche de nombreux étudiants ultramarins. Néanmoins, il existe plusieurs dispositifs selon le cas de figure :
 
  • Logement en CROUS
Les étudiants qui ont un logement étudiant en résidence CROUS et ont quitté leur chambre provisoirement le temps du confinement seront dispensés du paiement du loyer pour le mois d'avril. Pour le mois de mai, le CROUS indique que le loyer "sera dû à compter de la date de retour effective", les étudiants étant donc "dispensé·e·s du paiement" jusqu'à cette date.

En revanche, les étudiants qui sont restés dans leurs chambres universitaires doivent s'acquitter de leurs loyers. Mais en cas de difficulté pour régler son loyer, l'Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil) peut orienter vers des aides. Plus d'information via le numéro vert 0 805 16 00 75.
 
  • Logement dans le privé
Dans le cas où l'étudiant loge dans une location privée et ne peut honorer le paiement de son loyer, il peut se tourner vers le fonds de solidarité pour le logement (FSL). Il s'agit d'une aide financière afin de permettre aux bénéficiaires de régler leurs loyers et/ou leurs factures liées au logement. Il existe un FSL par département ; pour y déposer une demande, vous pouvez contacter le centre communal d'action sociale (CCAS) de votre ville ou le service social de la mairie. Il existe également des "points conseils budgets" qui peuvent orienter sur toutes les aides disponibles en cas de difficultés financières. La liste complète avec les contacts est disponible ici.

À noter que la plupart des services sociaux, des mairies et des PCB possèdent des pages Facebook et peuvent être jointes même pendant le confinement. 
 

​​​​​​► Être bien orienté et soutenu

Près d'un Français sur deux ne demande pas les aides auxquelles il a droit. Les associations et les centres d'action sociale sont alors de bonnes ressources pour connaître ses droits et les aides auxquelles on peut prétendre.

Le confinement, l'isolement et les difficultés financières qui y sont liées peuvent provoquer une détresse psychologique chez les étudiants. Il existe de nombreux organismes qui peuvent apporter soutien et écoute pendant cette période compliquée. Les services médicaux-sociaux des CROUS sont ouverts à tous les étudiants. 

Il existe également des lignes d'écoute gratuites : Nightline (pour Paris), ApsytudeFil santé jeune, SOS écoute, ... Le site Soutien étudiant recense l'ensemble des services d'écoute disponibles sur le territoire.
 

► Aides des collectivités ultramarines

Certains collectivités proposent des aides financières à leurs étudiants isolés dans l'Hexagone. La collectivité de Saint-Martin propose par exemple une aide exceptionnelle, sur simple remplissage d'un formulaire en ligne.
 
La collectivité territoriale de Guyane a également voté l'octroi d'une aide de 500 euros pour ses 1573 étudiants résidants hors du territoire. Elle viendra s'ajouter aux mesures nationales annoncées par le gouvernement. "L’aide exceptionnelle étant versée aux étudiants déjà éligibles aux dispositifs préexistants de la Collectivité Territoriale de Guyane, les étudiants concernés n’auront aucune formalité à réaliser", a précisé la CTG.
 
À Saint-Pierre et Miquelon, la collectivité a annoncé le versement des bourses pendant l'été, même si l'étudiant ne rentre pas sur l'archipel. La fin d'année universitaire n'aura également pas d'impact pour le renouvellement de la bourse l'an prochain, si jamais l'étudiant venait à échouer lors des examens de fin d'année.