Evolution de l'épidémie de Covid-19, mesures de restriction, vaccination : le point dans les Outre-mer

coronavirus
Mayotte, hopital de Mamoudzou
Mayotte, hôpital de Mamoudzou ©ALI AL-DAHER / AFP

La situation se dégrade aux Antilles et en Guyane, en cette mi-avril 2021, tandis que l'épidémie semble sous contrôle dans l'océan Indien et le Pacifique. On fait le point sur la situation sanitaire, les mesures prises et la vaccination dans chaque territoire. 

L'épidémie de Covid-19 progresse en Guadeloupe, Martinique et Guyane, tandis qu'elle est stabilisée à La Réunion et en régression à Mayotte et en Polynésie. Voici les taux d'incidence dans les différents territoires au 15 avril :

Outre-mer, les variants sont davantage présents que dans l'Hexagone. Le variant britannique est massivement détecté en Guadeloupe et en Martinique, le variant brésilien est très présent en Guyane. Le variant sud-africain est lui présent à La Réunion et Mayotte (les chiffres ci-dessous sont ceux de Santé Publique France qui regroupe dans ces données les variants brésiliens et sud-africains) :

 

Concernant la vaccination, il apparait clairement dans les dernières données disponibles de Santé Publique France que les Outre-mer connaissent un sévère retard dans la campagne de vaccination par rapport à l'Hexagone.

 

Voici maintenant pour chaque territoire d'Outre-mer le détail de la situation sanitaire, des mesures en vigueur, et le taux de vaccination. 

Martinique : un nouveau confinement

Situation sanitaire : en Martinique, le taux d'incidence est de 289 cas pour 100.000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France du 15 avril. Le variant britannique circule massivement : il représente plus de 98% des tests PCR (contre 83% en moyenne dans l'Hexagone). Le taux de reproduction (R) est de 1,26. 

Les mesures : le préfet de Martinique a annoncé le 15 avril que la Martinique sera à nouveau confinée à compter de samedi 17 avril face à l'évolution préoccupante de l'épidémie. Le troisième confinement en Martinique va durer au minimum trois semaines.

Vaccination : au 13 avril 2021, 25.679 personnes ont reçu la première dose du vaccin, soit 7,2% de la population en Martinique (sur l'ensemble de la France, 16,9% de la population a reçu la première dose).

Guadeloupe : couvre-feu avancé

►Situation sanitaire : en Guadeloupe, le taux d'incidence est de 195 cas pour 100.000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France du 15 avril. Le variant britannique circule massivement : il représente 97% des prélèvements criblés (contre 83% en moyenne dans l'Hexagone). Le taux de reproduction (R) est de 1,34. 

Les mesures : face à la dégradation de la situation, le préfet de Guadeloupe a annoncé mercredi 14 avril que le couvre-feu allait être avancé. De samedi au 9 mai inclus, l'heure de début du couvre-feu sera avancée de 22H00 à 19H00 (jusque 05H00) avec "fermeture des restaurants le soir à l'horaire du couvre-feu". A cette mesure de limitation des contacts s'ajoute la "fermeture des cinémas, théâtres et musées". Les jauges dans les établissements recevant du public, tels que centres commerciaux et culturels, seront abaissées. "Un passage en demi-jauges pour les élèves dans les collèges et lycées" sera introduit dès lundi. Le préfet a ajouté ne pas exclure "le confinement" en cas de nécessité.

Vaccination : au 13 avril 2021, 12.404 personnes ont reçu la première dose du vaccin, soit 3,3% de la population en Guadeloupe (sur l'ensemble de la France, 16,9% de la population a reçu la première dose).

Guyane : variant brésilien et plan blanc activé

►Situation sanitaire : en Guyane, le taux d'incidence est de 161 cas pour 100.000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France du 15 avril. Le variant brésilien circule massivement : il représente 77% des prélèvements criblés (contre 3,8% en moyenne dans l'Hexagone). Le taux de reproduction (R) est de 1,66. 

Les mesures : en Guyane, devant l'intensification de la circulation du virus, la préfecture a annoncé le 15 avril un couvre-feu total pour huit communes, dont Cayenne, entre le samedi à 19h et le lundi à 5h du matin.  En semaine, le couvre-feu reste en vigueur de 19h à 5h dans les zones les plus touchées (Cayenne, Kourou, Macouria, Matoury et Remire-Montjoly). Ailleurs, le couvre-feu est en vigueur de 23h à 5h. Les entrées et sorties de Guyane sont limités (motifs impérieux). Les passagers en provenance de Guyane sont par ailleurs soumis à un test antigéniques à leur arrivée à Paris. 

Vaccination : au 13 avril 2021, 13.300 personnes ont reçu la première dose du vaccin, soit 4,6% de la population en Guyane (sur l'ensemble de la France, 16,9% de la population a reçu la première dose). 

La Réunion : stabilisation et maintien des mesures de freinage

►Situation sanitaire : à La Réunion, le taux d'incidence est de 134 cas pour 100.000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France du 15 avril. Les variants sont très présents.  Le variant sud-africain représente 59,7% des prélèvements criblés (contre 3,8% en moyenne dans l'Hexagone) et le variant britannique 15,7% des prélèvements. Le taux de reproduction (R) est de 1,05. 

Les mesures : l'épidémie se stabilise après une forte progression les semaines passées. Le préfet n'envisage pas de confinement, mais un prolongement du couvre-feu et des mesures de "freinage" en vigueur : couvre-feu à 18h, fermeture des bars, restaurants, des salles de sport, de spectacles et de cinéma. Le préfet a indiqué aux maires le 14 avril que ces mesures seront prolongées jusqu’au 23 avril.

Vaccination : au 13 avril 2021, 48.408 personnes ont reçu la première dose du vaccin, soit 5,6% de la population de La Réunion (sur l'ensemble de la France, 16,9% de la population a reçu la première dose). 

Mayotte : situation sanitaire maitrisée

►Situation sanitaire : à Mayotte, le taux d'incidence est de 55 cas pour 100.000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France du 15 avril. Le variant sud-africain représente 50% des prélèvements criblés (contre 3,8% en moyenne dans l'Hexagone). Le taux de reproduction (R) est de 0,84. 

Les mesures : l'épidémie est en régression mais les mesures de restriction restent en vigueur : couvre-feu à 22h30 et port du masque obligatoire dans l’espace public urbain, interdiction des rassemblements de plus de 6 personnes, interdiction des fêtes de mariage, des voulés et de la diffusion de musique amplifiée, fermeture des salles de sports. Les motifs impérieux de déplacement entre Mayotte, La Réunion et l'Hexagone restent en vigueur.

Vaccination : au 13 avril 2021, 11.249 personnes ont reçu la première dose du vaccin, soit 4% de la population de Mayotte (sur l'ensemble de la France, 16,9% de la population a reçu la première dose). A Mayotte, la vaccination est possible pour toutes les personnes de plus de 18 ans.

Polynésie : le retour annoncé des touristes américains

►Situation sanitaire : en Polynésie, la situation est "enfin maitrisée", a annoncé le Haut-commissaire de la République, le 15 avril. Le taux d'incidence "est inférieur à 10 cas pour 100.000 habitants", a-t-il indiqué, soulignant que "c'est une réussite".

Les mesures : la Polynésie va rouvrir ses frontières aux visiteurs américains à partir du 1er mai, mais ne recevra pas de touristes français. "Nous avons fait le choix de n'ouvrir à ce stade qu'aux voyageurs en provenance des Etats-Unis et y ayant séjourné plus d'un mois, principalement car la vaccination est désormais ouverte à tous et 3 millions de doses sont administrées chaque jour aux Etats-Unis", a expliqué le haut-commissaire. L'arrivée des touristes américains est conditionnée à un protocole sanitaire strict. Ils devront présenter un résultat négatif de test RT-PCR trois jours avant leur vol, subiront un test antigénique à leur débarquement puis un nouveau test quatre jours après leur arrivée. Chaque visiteur devra aussi présenter une preuve de vaccination ou une sérologie démontrant qu'il dispose d'anticorps. Les passagers non-vaccinés et sans preuve sérologique pourront venir en Polynésie mais seront placés dix jours en quarantaine et subiront un quatrième test huit jours après leur arrivée. Les liaisons aériennes entre la Polynésie et l'Hexagone restent soumises à la présentation de motifs impérieux. 

Vaccination : le Haut-Commissariat indique qu'à ce jour 30.988 personnes ont reçu la première dose de vaccin.

Wallis et Futuna : confinement prolongé jusqu'au 26 avril

►Situation sanitaire : à Wallis et Futuna, après l'arrivée du virus sur le territoire en mars, la situation semble en passe d'être maitrisée. Depuis le 6 mars, 438 cas ont été dépistés et 360 sont considérés comme guéris.  

Les mesures : les autorités ont annoncé le maintien du confinement au moins jusqu'au 26 avril.

Vaccination : au 16 avril, 4.027 personnes ont reçu une première injection du vaccin Moderna, soit 48,6% de la population vaccinable de Wallis et Futuna.

Nouvelle-Calédonie : retour au covid-free

►Situation sanitaire : "Après un mois d'effort, je suis heureux et fier de dire que la Nouvelle-Calédonie a retrouvé son caractère Covid-free", annonçait le 9 avril le président du gouvernement calédonien Thierry Santa. Le virus était arrivé un mois plus tôt via Wallis et Futuna, alors que la Nouvelle-Calédonie a mis en place depuis plusieurs mois un "sas sanitaire" extrêmement strict avec une quatorzaine obligatoire, dans des lieux dédiés pour les rares passagers autorisés à se rendre sur le Caillou pour motifs impérieux. 

Les mesures : depuis le 11 avril, toutes les mesures sanitaires sur le Caillou sont levées. Le port du masque n’est donc plus obligatoire et les rassemblements dans les lieux publics à nouveau autorisés. Le "sas sanitaire" reste en vigueur et les autorités travaillent à son renforcement pour éviter l'arrivée des variants. 

Vaccination : d'ici à la mi-mai, ce sont 100.000 doses du vaccin Pfizer qui auront été livrées en Nouvelle-Calédonie, selon le Haut-Commissaire. 

Saint-Pierre et Miquelon : 25 cas depuis le début de la pandémie

►Situation sanitaire : sur l'archipel, seuls 25 cas ont été enregistrés depuis le début de la pandémie. Le dernier cas a été dépisté le 9 avril, sur une personne qui a été testée à l’issue de sa semaine de septaine, après son arrivée sur le territoire. Aucun cas contact n'a été identifié.

Les mesures : comme en Nouvelle-Calédonie, un sas sanitaire très strict pour les voyageurs arrivant à Saint-Pierre et Miquelon, a permis d'endiguer la propagation du virus. 

Vaccination : samedi 20 mars, 9 600 doses du vaccin Moderna sont arrivées à Saint-Pierre et Miquelon, par avion militaire. Au 15 avril, 3638 personnes ont reçu la première injection, soit 72% de la population éligible à la vaccination. D’ici le mois de mai, toutes les personnes volontaires devraient avoir reçu les deux injections.