Guyane : l'armée envoie un A400M pour des évacuations sanitaires

coronavirus
Avion de transport A400M
©Mathilde defossey (Armée de l'air)
L'armée française enverra vendredi un Airbus A400M pour permettre des évacuations de malades du Covid-19 de Guyane vers des hôpitaux disponibles dans la région.
L'A400M  "a une capacité de transport de quatre patients en réanimation et est prévu pour des évacuations depuis la Guyane dans la sous-région", a indiqué à l'AFP le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l'état-major, confirmant un tweet de la ministre des Armées Florence Parly annonçant ce déploiement.                
Le pic de l'épidémie en Guyane, sous état d'urgence sanitaire jusqu'à octobre, est annoncé pour "la mi-juillet" avait confirmé mercredi à Cayenne la ministre des Outre-mer, Annick Girardin. L'Agence régionale de santé (ARS) y recense 2.827 cas confirmés, 103 hospitalisations, 15 patients en réanimation et 9 décès.
               

Déjà des évacuations en Casa

La mobilisation de l'A400M dans le cadre de l'opération Résilience - qui regroupe les contributions des armées au combat contre le Covid-19 - intervient après six premières évacuations de patients depuis la Guyane en avion de transport militaire Casa les 18, 22 et 24 juin. L'A400M avait aussi été mobilisé au sommet de la crise en métropole, pour évacuer des malades du grand Est où les hôpitaux étaient débordés.               

Annick Girardin a précisé que les capacités d'évacuation sanitaire à l'intérieur même de la Guyane allaient doubler dans la semaine, en passant de 2 à 4 hélicoptères Puma disponibles.
 

L'A400M déjà utilisé pendant la crise sanitaire

Les A400M ont déjà été utilisés par l'armée dans les Outre-mer pendant cette crise sanitaire du coronavirus. Un de ces appareils avait été envoyé pour un mois en Polynésie où il a permis plusieurs missions d'évacuation ou de ravitaillement, comme l'explique ici Polynésie la 1ère. 
         
Un autre appareil du même type avait été envoyé en Martinique fin mai, pour renforcer les moyens aériens de l'armée sur place. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live