Honokéa, jeune Polynésien opéré du cœur à Paris

hôpital
Honokéa et sa maman à Necker
Honokéa et sa maman, à l'hôpital Necker-enfants malades, à Paris. ©A.L
Resté plus longtemps que prévu à Paris, Honokéa, cinq ans, a été opéré avec succès. Encore un peu de patience pour le jeune Polynésien et ses proches qui pourront rentrer chez eux d’ici la fin du mois.

Après trois mois passés dans l'Hexagone, Honokéa a enfin été opéré. L'évacuation sanitaire du jeune Polynésien de cinq ans avait eu lieu en janvier dernier. Sa famille pensait alors qu'il subirait une intervention chirurgicale assez rapidement, mais des soins dentaires non prévus en ont décidé autrement. Des soins préventifs nécessaires pour éviter toute complication avec la chirurgie cardiaque.

Il fallait faire ça parce que les germes que l’on retrouve dans la cavité buccale peuvent se greffer sur le cœur et provoquer une infection cardiaque qui peut être grave pour lui.

Dr Djender, chirurgien-dentiste (Hôpital Necker-enfants malades-APHP)

C’est le bout du tunnel pour Honokéa et sa maman qui devaient initialement rester six semaines à Paris. Evasané pour cause de rhumatisme articulaire aigu, le garçon a finalement été diagnostiqué comme souffrant aussi d'une endocardite, et plus précisément, d'une fuite de la valve.

"Je suis content parce qu’on va soigner mon cœur"

Peu avant l’opération, l'enfant de cinq ans a eu le droit à une belle surprise. Depuis sa chambre d’hôpital, une vue imprenable sur le bâtiment emblématique de la capitale, la tour Eiffel. Mais cela n'atténue pas l’anxiété de ses proches, et notamment de sa maman, Vaiana : "Plus les heures approchent, plus le stress monte, mais on garde espoir".

Honokéa va passer au bloc. Le but de l'opération, c'est de réparer sa valve, pour ne pas avoir à la remplacer. En effet, l’enfant et son cœur vont grandir, ce n’est pas le cas d’une prothèse.

C’est une valve qui est très abîmée, et tout l’enjeu de la chirurgie, c’est de réussir à la réparer et de ne pas la remplacer, parce que quand on met une prothèse sur un petit enfant comme ça, la prothèse ne grandit pas.

Dr Gaudin, chirurgien cardiaque pédiatrique (Hôpital Necker-enfants malades AP-HP)

Après plus de 2h30 d’opération, l’équipe médicale est soulagée : la valve est réparée, l’opération est un succès. Car s'il s'agissait d'une chirurgie courante chez l’adulte, elle l'est beaucoup moins chez l’enfant.

 Bientôt de retour chez lui

"Elle ne fuit plus et s’ouvre bien" précise le chirurgien au sortir de l’opération. Il ne lui reste plus qu’une mission, informer les proches du petit garçon. "L’intervention est terminée, ça s’est bien passé", déclare par téléphone le médecin à la maman d’Honokéa.

Honokéa à Necker avec sa mère et son parrain
Honokéa, sa maman et son "papou", à l'hôpital Necker-enfants malades APHP (Paris 15ème). ©A.L

Puis, le Dr Gaudin va prévenir le parrain d'Honokéa- "le papou"- qui est en salle d’attente. Ce dernier est soulagé et a "hâte de le voir". Pour lui, Il était "impensable" de rester "à Tahiti, sachant qu’Honokéa se [faisait] opérer du cœur". Le papou est resté, jusqu'au bout, et va pouvoir revoir Honokéa rapidement.

Depuis son opération, le jeune Polynésien est en pleine forme et devrait revenir chez lui à la fin du mois, après sa dernière visite de contrôle.

  • Le reportage d'Outre-mer la 1ère :
©la1ere