L’Etat décide de renforcer le plan de prévention des risques sismiques aux Antilles

catastrophes naturelles
Le ministre des outre mer Sébastien Lecornu
Le ministre des outre mer veut une semaine utile en vue du 3ème référendum ©Ludovic Marin/AFP

Le plan séisme Antilles, dit “PSA3”, lancé en 2007, vient d’être renforcé par l’Etat, en collaboration avec les collectivités antillaises. Ce plan doit permettre d'améliorer la sécurité et la protection des populations installées dans des zones jugées à risque.

Vivre avec les risques naturels fait partie du quotidien de nos concitoyens ultramarins”, a déclaré ce mercredi le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Et pour tenter de faire face aux catastrophes naturelles qui touchent fréquemment les Antilles, le gouvernement vient d’annoncer le renforcement du plan séisme. Décidé fin avril, ce plan doit permettre de mieux prévenir les risques sismiques dans ces régions. 

Mieux répondre aux risques majeurs dans les Outre-mer 

 

Le plan séisme Antilles (PSA), mis en place en 2007, ambitionnait déjà d’apporter une réponse plus adaptée au risque sismique dans les territoires ultramarins concernés. À sa création, il devait initialement durer trente ans. 

Depuis qu’il a été lancé, le PSA regroupe en son sein l’Etat et les différentes collectivités des Antilles. À savoir la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Barthélémy, et Saint-Martin. 

Pour le lancement de la phase trois dudit plan, l’association des maires de Martinique et Guadeloupe, les préfectures locales ainsi que plusieurs acteurs sociaux sont partie prenants. Principal objectif de ce plan : “améliorer la sécurité et la protection des populations face au risque de séisme”, rappelle le ministère des Outre-mer dans un communiqué. 

Un milliard d’euros bientôt investi

 

À cet effet, plus d’un milliard d’euros va être alloué à différents chantiers censés prévenir le risque sismique dans ces territoires. Selon le ministère, “le PSA a d’ores et déjà permis de consolider de nombreux bâtiments publics” pour un montant de 450 millions d' euros.. Des établissements publics d’enseignement, de santé ou encore des logements sociaux. 

Barbara Pompili, ministre de la Transition énergétique, salue “un plan ambitieux qui permettra de mettre en sécurité la grande majorité de nos élèves et des résidents de logements sociaux”. 

 

Une collaboration plus poussée entre les territoires et l’Etat

À travers le plan séisme 3, Etat et collectivités s’associent pleinement pour protéger les personnes et faciliter le retour à la normale en cas de séisme”, a expliqué le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu. 

Inscrite dans la durée, fondée sur le dialogue et la concertation, cette dynamique rassemble à l’échelle territoriale, régionale et nationale toutes les parties prenantes”, a indiqué le gouvernement.