"La case à Preuschdorf", un peu de Nouvelle-Calédonie en Alsace

culture
La Case à Preuschdorf
"La Case à Preuschdorf", un espace de création artistique en Alsace. ©Denis Rousseau-Kaplan
Miriam Schwamm a créé ce lieu d’échanges et de créations artistiques début 2020, après trente ans passés en Nouvelle-Calédonie.

Dans le village de Preuschdorf dans la campagne alsacienne, l’artiste Miriam Schwamm a créé un lieu d’échanges et de créations artistiques : “La case à Preuschdorf”. Le lieu a ouvert début 2020. Après 30 années passées en Nouvelle-Calédonie, cette artiste d’origine allemande et amoureuse des maisons à colombages a décidé de venir s’installer en Alsace, région où elle passait ses vacances quand elle était enfant.

Expositions, ateliers de gravure, lieux de performances, résidences pour artistes, "La case à Preuschdorf" est un peu tout cela… et c’est aussi un très beau lieu. Un lieu qui offre de multiples possibilités, avec ses espaces variés. 

Miriam Schwamm
Miriam Schwamm, artiste plasticienne et créatrice de La case à Preuschdorf. ©Denis Kaplan-Rousseau

Un pont entre l'Alsace et le Caillou

Les liens de Miriam avec la Nouvelle-Calédonie sont très forts et elle entend bien multiplier les échanges entre artistes en organisant des expositions avec des artistes calédoniens. C’était le cas récemment avec quatre artistes calédoniennes qui ont pu exposer leurs gravures et réaliser une oeuvre commune avec des artistes alsaciennes.

Sur la façade de "La case", une photo d’une installation présentée au château Hagen à Nouméa... Cette installation, proposée par Laurence Lagabrielle, Véronique Menet, Marie Murtini, et Alejandra Rinck Ramirez, met en scène des chaussures de femmes posées sur le sol. C'est un hommage aux femmes battues et assassinées par leurs conjoints.

Sur une photo de cette installation, les artistes alsaciennes Julie Gonce, Françoise Maillet et Miriam Schwamm, ont disposé de vraies chaussures rouges dans lesquelles poussent des plantes. Elles semblent sortir de la photo, et la nature reprend ses droits, symbole de renouveau, d’espoir et de vie.

"Nous irons aux bois", œuvre collective.
"Nous irons aux bois", œuvre collective. ©ROUSSEAUKAPLAN Denis Rousseau-Kaplan

Miriam compte bien renouveler ce type d’expériences. Elle espère dès l’année prochaine accueillir en résidence des artistes de Nouvelle-Calédonie.

Retrouvez le reportage de Denis Rousseau-Kaplan :