Le référendum en Nouvelle-Calédonie, enjeu pour les candidats à la présidentielle

référendum
Le troisième référendum aura lieu le 12 décembre
De l'appel à repousser la date du référendum au message de soutien aux tenants du non, le troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie prévu dimanche est un enjeu pour les candidats à l'élection présidentielle, qui ont exprimé des opinions tranchées sur la question.

Ce troisième et dernier scrutin du processus de décolonisation de l'accord de Nouméa (1998) est boudé par les indépendantistes. Ils en demandaient le report en raison de l'épidémie de Covid-19 qui, selon eux, "empêche de mener une campagne équitable".

La gauche en faveur du report du vote

À gauche, le candidat communiste à l'élection présidentielle Fabien Roussel a clamé mardi dans un communiqué son "soutien au peuple kanak", en s'érigeant contre la tenue du troisième référendum le 12 décembre "alors que la Nouvelle-Calédonie est gravement endeuillée par les terribles effets de la pandémie du Covid".

"L'État est en train de ruiner les efforts de dizaines d'années de compromis trouvés avec les indépendantistes kanaks", a assuré M. Roussel.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise, a lui "adjuré" lundi l'exécutif de le reporter.

"La mise en danger de la paix ne peut servir de stratégie électorale pour une candidature du parti de l'ordre que voudrait incarner M. Macron", a affirmé le chef de file de la France insoumise dans un communiqué.

La droite montre son attachement à la Calédonie

À droite, la candidate LR aux présidentielles Valérie Pécresse a rappelé son attachement à une Nouvelle-Calédonie dans la France, évoquant les positions des présidents de la République Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, issus de son bord politique.

"Pour ma part, comme l'aurait fait le Général de Gaulle, je veux dire ma préférence. Je ne vois pas la Nouvelle-Calédonie sans la France, ni la France sans la Nouvelle-Calédonie", a indiqué Valérie Pécresse dans une tribune au Figaro fin octobre.

"De nouvelles pages d'histoire s'écrivent actuellement dans cette zone du monde. J'ai confiance en la France pour continuer à y préserver la paix et j'ai confiance en la République pour garantir la sérénité et la sécurité de tous les Calédoniens", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'"indépendante, son avenir est fort incertain".

"Pour la troisième fois je vous appelle à vous prononcer pour le non à l'indépendance, je vous engage à manifester de façon définitive votre volonté de demeurer français", a pour sa part martelé Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national début décembre dans une vidéo où elle estime que le président Macron s'est "désintéress(é) du destin de la Nouvelle-Calédonie, comme de celui de l'outre-mer en général".

La candidate RN s'est déclarée "ouverte à des évolutions qui permettront d'aboutir à une solution institutionnelle acceptable par tous et pour tous après la nécessaire concertation et l'indispensable dialogue avec tous les acteurs politiques de Nouvelle-Calédonie".

Eric Zemmour qui s'est officiellement déclaré candidat il y a une semaine, a également critiqué la gestion du dossier calédonien par le président Macron, comme par son prédécesseur François Hollande, dans une vidéo de 11 minutes adressée aux tenants du non à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

"Malgré tous les renoncements de l'État depuis plus de 30 ans et malgré tous les stratagèmes mis en place par une élite socialiste idéologue pour favoriser le camp indépendantiste, vous avez tenu bon, vous avez su garder intacte votre volonté d'appartenir à la Nation française", a déclaré Eric Zemmour.

Dénonçant un "système de discrimination électoral inique", M. Zemmour assure qu'à l'issue de cette consultation, la Nouvelle-Calédonie devra être dotée d'un "statut institutionnel durable au sein de la République française", qui permettra le "dégel du corps électoral ainsi qu(e le) rétablissement d'une
équité de traitement entre les différentes ethnies du territoire
".

Le président Macron avait dit accueillir la victoire du non à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie lors du deuxième référendum d'autodétermination du 4 octobre 2020, "avec un profond sentiment de reconnaissance" et d'"humilité" lors d'une allocution solennelle à l'Élysée. Fin juillet, en déplacement en Polynésie, il avait déclaré que "la France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie".