Les sargasses de la Caraïbe, un éco-matériau à développer

écologie
Sargasses
Les algues sargasses sont de retour sur certaines côtes de Martinique ©Martinique La 1ère
Les sargasses, ces algues brunes malodorantes qui s'échouent massivement sur les côtes antillaises, sont au coeur d'un projet de recherche et de valorisation, le Save C. Alors que dans le Nord de l'Europe ou au Mexique, elles sont déjà traitées et utilisées comme biomatériaux, en France l'industrie de transformation est presque inexistante.

Des maisons construites à base d’algues sargasses, des systèmes d’isolation de bâtiments ou encore des panneaux solaires capables de capturer le dioxyde de carbone, la valorisation de ces algues brunes est prouvée scientifiquement. Valérie Stiger-Pouvreau, enseignante-chercheure à l'université de Brest, est spécialiste des sargasses et coordonne le projet Save C aux Antilles : "La valorisation des algues sargasses est non seulement possible, mais elle permettrait de transformer cette énorme biomasse en opportunité économique." Une réponse efficace au fléau qui touche les côtes antillaises victimes d'échouages massifs de sargasses.

En effet, la composition de ces algues marines qui comportent du sucre, permet de les transformer en fibres, un éco-matériau déjà utilisé dans certains Pays du Nord de l'Europe qui se servent des sargasses échouées pour la fabrication de maisons ou de toits de bâtiment.

De manière presque paradoxale, la Hollande va créer une culture de sargasses, explique Valérie Stiger-Pouvreau. D'ailleurs dans la tradition bretonne et normande, les algues marines séchées étaient utilisées comme isolant thermique, rappelle la coordinatrice du projet Save C : "en Bretagne comme en Normandie, les anciens utilisaient les algues comme matériau isolant. Dans les vieilles maisons, on en retrouve souvent dans les vides qu'on laissait dans les murs des maisons pour mieux isoler les habitations."

Algues Sargasses
Algues Sargasses en Guadeloupe. ©Guadeloupe la1ère

Une chaîne de transformation balbutiante

Le projet Save C aux Antilles vise essentiellement deux secteurs de valorisation des sargasses, la production de biomatériaux et l'agriculture où ces algues peuvent être utilisées comme biostimulants.

En Martinique, un centre funéraire se prépare à exploiter les sargasses pour la fabrication de cercueils en bio-carton : "le centre funéraire a déposé un brevet pour fabriquer des cercueils pour la crémation à partir des sargasses. Il faut énormément d'argent pour fabriquer toute la chaîne de transformation et obtenir du bio-carton. Le centre funéraire n'a pas encore l'équipement souhaité pour produire à la chaîne ces cercueils."

La transformation industrielle de ces algues brunes demande d'importants financements et l'identification de secteurs qui peuvent utiliser de la matière sargasse. C'est l'autre mission du projet Save C : "On a les idées, on sait que ça marche aves les sargasses Caraïbe, reste à développer les chaînes industrielles adéquates."