Lucien Jean-Baptiste : "en banlieue, on arrive bien à enterrer nos rêves de gosses" [#MaParole]

cinéma
Lucien Jean-Baptiste 2 #MaParole
©Yohan Bonnet / AFP

Dans #MaParole, le nouveau podcast d’Outre-mer la 1ere qui se décline en trois entretiens de 20 mn, Lucien Jean-Baptiste raconte son enfance passée en région parisienne, ses premiers pas dans le métier d'acteur puis de réalisateur ainsi que ses combats contre le racisme et la bêtise. 
 

Comédien, réalisateur, scénariste, Lucien Jean-Baptiste a signé cinq films à la fois drôles et sensibles. Pour chacun de ses longs-métrages, l’auteur de La Première étoile avoue que l’inspiration lui est souvent venue de sa mère, une source inépuisable d’histoires. Avec ses cinq frères et sœurs et sa "mère courage" jonglant entre trois emplois, l’ambiance dans sa cité HLM de Bonneuil (Val-de-Marne) était joyeuse.

Lucien Jean-Baptiste n’a pas inventé l’histoire de La Première étoile. C’est un peu la sienne. Sa mère lui disait "Je n’ai pas fait 7000 km en venant de la Martinique pour ne pas en faire 500 de plus et voir la neige". Le réalisateur se souvient aussi de son premier voyage en Martinique à l’âge de 10 ans ainsi que les impressions incroyables qu’il a ressenties pendant ce mois et demi passé dans une famille qu’il ne connaissait pas.

A Bonneuil, Lucien Jean-Baptiste n'a pas oublié le racisme. Ce n’est pas tant les insultes qui l’ont le plus marqué, mais plutôt la manière dont on empêchait les jeunes de son âge de réaliser leurs rêves, en les orientant de manière autoritaire vers des CAP qu’ils n’avaient pas choisis. 

►​​​​​​​Lucien-Jean-Baptiste : chapitre 1


Après un long passage dans l’événementiel et la Publicité, Lucien Jean-Baptiste a renoué avec ses rêves d’enfant. A 30 ans, à la suite d’un drame personnel dont il ne souhaite pas parler, il pousse les portes du Cours Florent à Paris. Depuis ce jour, l’acteur trace sa route dans le cinéma en réalisant des films comiques avec toujours cette note à la fois mélancolique et poétique qui les distinguent.

Avec La première étoile, 30° couleurs, Dieu Merci, Lucien Jean-Baptiste fait, comme il le dit lui-même, sa "psychanalyse" à travers ses films.  Dans le deuxième chapitre de #MaParole, le réalisateur parle de ses métiers d'acteur et de réalisateur dont il a tant rêvé.

►​​​​​​​Lucien-Jean-Baptiste : chapitre 2


Après La deuxième étoile, Lucien Jean-Baptiste a réalisé Il a déjà tes yeux qui raconte l'adoption d'un enfant blanc par un couple noir. Le film a été très bien accueilli par le public et la presse. Le réalisateur a ensuite décidé de décliner son film en une série qui a été diffusée sur France 2 en février 2020. Une expérience qu'il ne souhaite pas renouveler. "C'est trop dur" la série, estime-t-il. A travers ses films, Lucien Jean-Baptiste mène un combat contre le racisme et la bêtise. Il s'en explique dans le dernier chapitre de #MaParole.

►​​​​​​​Lucien-Jean-Baptiste : chapitre 3

​​​​​​​​​​​​​​La prise de son est signée Bruno Dessommes. Pour écouter tous les épidodes de #MaParole, cliquez ici

 

Lucien Jean-Baptiste en 5 dates

♦ 6 mai 1964
Naissance à Fort-de-France.
♦ 25 décembre 1967
Arrivée dans l'Hexagone avec sa mère et ses frères et soeurs.
♦ 4 août 1999
Sortie de Wild Wild West en France avec Will Smith dont Lucien Jean-Baptiste a fait la voix en français dans 7 films.
♦ 25 mars 2009
Sortie de La première étoile.
♦ 27 août 2016
Il a déjà tes yeux bien présenté en avant-première au festival du film francophone d'Angoulême. 
♦ 28 octobre 2020
Enregistrement du premier numéro de #MaParole.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live