🎤🎧Marie-Claude Bottius : des femmes noires, esclaves ou reines, à l’opéra ?!

L'artiste lyrique Marie-Claude Bottius
Elle va marquer le Mois des Mémoires qui vient de s’ouvrir avec son récital intitulé "Esclave ou reine…". L’artiste lyrique martiniquaise y interprète plusieurs airs d’opéra qui, contre toute attente pour le XIXe siècle, mettent en avant des personnages de femmes noires . Attrayant et instructif. Marie-Claude Bottius nous raconte tout dans le podcast "L'Oreille est hardie".

A priori, si vous pensez art lyrique et Ĺ“uvres classiques, vous n’imaginez pas au premier abord y trouver des personnages autres qu’issus des cultures occidentales. 
Pourtant les femmes noires, pour parler d’elles, sont plus présentes qu’on ne le croit : elles ont bel et bien été célébrées dans des opéras au cours du siècle qui a marqué les abolitions de l’esclavage dans ses (ex-)colonies françaises.

Qu’elles soient esclaves ou de lignée royale, elles sont devenues les héroïnes de librettistes et de compositeurs du XIXe siècle tels Gounod, Saint-Saëns, Bizet… ; des personnages évoluant pour la plupart au premier plan des intrigues narrées, parées de personnalités affirmées, bien loin d’être effacées ou d’être des personnages-prétexte, comme l’époque pouvait le laisser craindre.

C’est Ă  la suite de cette prise de conscience et de recherches dans le rĂ©pertoire opĂ©ratique  français que Marie-Claude Bottius a trouvĂ© le fil conducteur du spectacle qu’elle signe sur scène Esclave ou reine…, accompagnĂ©e d’un piano et d’un violoncelle. Retour sur les origines de son rĂ©cital et explications, espĂ©rances et confidences de l’artiste lyrique martiniquaise dans le podcast L’Oreille est hardie :

Un récital "exotique" lyrique

Marie-Claude Bottius dans son récital "Esclave ou reine..."

Marie-Claude Bottius proposera donc ce récital avec à chaque fois le soin d’expliquer le sens de sa démarche. À côté - et parfois heureusement très loin - de l’image toute faite, du cliché de la femme noire soumise et/ou objet de fantasme en cette seconde moitié du XIXe siècle, il a existé des œuvres qui sacrifiait moins à l’exigence d’exotisme de l’époque.
Des compositeurs accompagnés de librettistes (chargés donc d’écrire les livrets, les parties chantées des opéras) plus ou moins progressistes qui ont décrit des personnages hauts en couleurs et ce, qu’elles soient esclaves ou reines, de petite ou de grande condition.

Le chant du Code...

Marie-Claude Bottius, accompagnée par Spyros Thomas et Ella Jarrige

Une œuvre tient particulièrement au cœur de Marie-Claude Bottius : Le Code noir signé Clapisson pour la musique et Scribe pour le livret. Dans ce Code Noir, le personnage central, Zemba, est une esclave qui a fui sa condition pour s’installer dans l’île voisine.
L’œuvre dĂ©crit sans fard les conditions de vie de la colonie d’alors mais n’omet pas de montrer une femme Ă  la personnalitĂ© forte, ce qui n’est pas pour dĂ©plaire Ă  l’artiste et interprète Marie-Claude Bottius qui y a trouvĂ© lĂ  un très beau rĂ´le - c’était en 2019 (le Covid est venu interrompre la carrière du spectacle…) - et la Martiniquaise qu’elle est, Ă©tait du coup doublement Ă©tonnĂ©e et fière qu’une Ĺ“uvre se dĂ©roule au siècle des abolitions, dans son Ă®le d’origine. Rarissime, il faut bien l’avouer ! 

Écoutez et aimez ces airs

"Esclave ou reine..." par Marie-Claude Bottius

Une dizaine d’airs compose ce récital Esclave ou reine... signés pour beaucoup de grands noms de la musique classique aux aux titres évocateurs. Le spectateur pourra ainsi se réjouir d'entendre, en plus de deux extraits du Code noir sus-cité La Reine de Saba de Gounod, L’Africaine de Meyerbeer, Les adieux de l’hôtesse arabe de Bizet ou encore La Captive de Berlioz…

Une façon, en remettant sur le devant de la scène ces airs, de démontrer, selon Marie-Claude Bottius, combien les femmes issues de la "diversité" au sens large ont toujours été présentes ; combien il est important de regarder à deux fois dans le répertoire lyrique et de faire savoir que l’on peut aussi s’emparer d’oeuvres qui apportent quelque chose de différents.

Marie-Claude Bottius est l'invitée de "L'Oreille est hardie"

Encore faut-il, une fois tout ça démontré et dit, que les structures, les établissements à même de monter des opéras, choisissent de programmer ces œuvres… Un vœu pieux mais chargé d’optimisme formulé par Marie-Claude Bottius. "Ça avance", dit-elle avec conviction et elle entend bien apporter sa pierre à cet édifice-là…
Retrouvez les propos et la voix de l’artiste lyrique martiniquaise Marie-Claude Bottius dans L’Oreille est hardie, c’est par ICI ! 

Ou par lĂ  : 

Quelques dates pour entendre Marie-Claude Bottius dans son rĂ©cital "Esclave ou Reine..." : 
Le 14 mai 2024 : L'embarcadère, Montceau-les-Mines ; le 23 mai 2024 : Maison Schoelcher, Houilles ; le 19 Juin 2024 : Le Pavillon de la Sirène, Paris 14ème 

Et regardez Nos cĂ©lèbres inconnus, un programme initiĂ© par Marie-Claude Bottius pour remettre sur le devant de la scène, certaines figures mĂ©connues de la musique des Outre-mer.