Mayotte : le volcan sous-marin reste toujours actif selon les dernières missions d'observation

catastrophes naturelles
Carte des opérations et des observations de la campagne MAYOBS 13-2
Carte des opérations et des observations de la campagne MAYOBS 13-2 ©IPGP
Dans un communiqué, le gouvernement se félicite du "succès" des missions d’observation océanographiques du phénomène sismo-volcanique de Mayotte menées malgré les contraintes imposées par la crise sanitaire. Ces campagnes visent à garantir "la protection de la population mahoraise".
 
Depuis deux ans, l’île de Mayotte fait face à une crise sismo-volcanique sans précédent. L’activité se traduit par la présence d’un essaim sismique très actif qui a débuté le 10 mai 2018 à l’Est des côtes de Mayotte. La cause: l'éruption d'un volcan sous-marin. Il mesure 800 mètres de haut, plus de deux fois la tour Eiffel. Selon Nathalie Feuillet, physicienne à l'IPGP,  son éruption constitue la plus importante émission de lave sur Terre depuis 1783. 
Un nouveau volcan sous-marin a été découvert à 50km à l'Est de Mayotte.
Un nouveau volcan sous-marin a été découvert à 50km à l'Est de Mayotte. ©Capture d'écran INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Plusieurs milliers de séismes ont été enregistrés et plusieurs centaines ressentis par la population de Mayotte. Le plus gros séisme d’une magnitude de 5,9 a eu lieu le 15 mai 2018 et a fortement inquiété la population mahoraise.
 

Deux campagnes en plein confinement

Pour répondre à l’inquiétude de la population, le gouvernement a encouragé la mise en place d'un programme de recherche. L’Institut de physique du globe (IPGP) vient de rendre public le dernier rapport scientifique des deux campagnes menées en pleine période confinement.

La première campagne océanographie (MAYOBS 13-2) a eu lieu du 4 au 11 mai 2020. Opérée par l’IFREMER, l’IPGP, le BRGM et le CNRS elle a permis "d’acquérir des relevés du fond marin et des images de la colonne d’eau sur une surface d’environ 1500 km2 à l’Est de l’île de Mayotte".

Grâce à ces relevés, les scientifiques ont constaté que le volcan sous-marin découvert en mai 2019 à 50 km à l’est des côtes de Mayotte "ne montre pas d’évolution majeure depuis le mois d’août dernier".
 

Persistance d’une activité volcanique

Toutefois, les chercheurs ont mis en évidence "la persistance d’une activité volcanique". Le relief du nord-ouest du volcan a été modifié sur un secteur d'environ 5 km2. "Cette évolution pourrait résulter de nouvelles coulées magmatiques, dont l'épaisseur, l'étendue et le volume sont en cours d’évaluation". Deux nouveaux panaches de fluides chauds à 1400 mètres de profondeur ont aussi été mis en évidence.

Ces observations ont été complétées par une seconde campagne (MAYOBS 13-1) réalisée du 6 au 19 mai 2020, à bord du Champlain de la Marine nationale.
Le Champlain est en route vers Mayotte
Le Champlain ©FAZSOI
Les données des sismomètres de fond de mer qui ont été récupérés durant cette campagne vont faire l’objet d’un traitement. Elles seront disponibles et rendues publiques fin juin, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Des sismomètres reconditionnés ont été immergés pour une nouvelle série de mesures d’environ 6 mois.

Depuis le mois de juillet 2018, conséquence de l'éruption sous-marine, Mayotte s’est déplacée vers l’Est de 20 à 23 cm et s’est enfoncée de 9 à 17cm, en fonction de la localisation.

Retrouvez notre dossier complet sur les volcans dans les Outre-mer :
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live