Moetai Brotherson : "c’est la faute de l’école si je suis devenu indépendantiste" [#MaParole]

culture polynésie française
Moetai Brotherson #MaParole
©Cécile Baquey
Premier député indépendantiste de Polynésie élu en 2017, Moetai Brotherson évoque dans #MaParole, son enfance, sa passion pour l’informatique et l'écriture. Avant de faire de la politique, il a vécu de près l’attentat du 11 septembre 2001 à New-York. 
 

C’est dans son petit bureau de l'Assemblée nationale rempli de dossiers, de cartons et de livres que Moetai Brotherson nous reçoit. Sur le mur, un fond vert que le député utilise pour filmer des vidéos qu’il partage sur les réseaux sociaux.

Dans #MaParole, notre podcast en trois épisodes de 20 mn chacun, Moetai Brotherson raconte son enfance passée entre Tahiti chez ses parents adoptifs et Huahine chez ses parents biologiques. Le paradis à Tahiti et plus de rigueur à Huahine. Ses parents, infirmier pour son père et institutrice pour sa mère, ne rigolaient pas trop avec l’éducation. Mais pour Moetai Brotherson ce n’était pas un problème car il a toujours aimé l’école, au point de passer par la fenêtre pour y aller alors qu’il n’avait pas l’âge.

Dès 11 ans et grâce à l’école, le futur député a eu des convictions indépendantistes. Il s’en explique dans #MaParole. Au collège, Moetai Brotherson s’est retrouvé chez ses grands-parents paternels à Raiatea, adventistes du 7e jour et très rigoureux sur tout ce qui concernait la pratique de la religion et le respect du sabbat. Ecoutez le premier chapitre de #MaParole dans lequel le député de Polynésie raconte son enfance et adolescence en Polynésie.

►Moetai Brotherson : chapitre 1

Dans notre deuxième entretien, Moetai Brotherson parle de sa passion pour l’informatique. A l’âge de 13 ans, ce geek a réussi à se procurer un Apple 2 grâce à une équipe de la NASA qu’il a dépannée. C’est lui qui a mis en marche leurs ordinateurs envoyés pour une mission sur l’île de Huahine.

Par la suite, Moetai Brotherson a fait des études d’ingénieur en France et a travaillé aux Etats-Unis, en particulier à New-York. Le 11 septembre 2001, il avait rendez-vous dans l’une des deux Twin towers. A quelques minutes près, il aurait pu se trouver dans la tour. Moetai Brotherson fait encore aujourd'hui des cauchemars au sujet de cet attentat.

►Moetai Brotherson : chapitre 2

De retour en Polynésie, Moetai Brotherson s’engage aux côtés du nouveau président indépendantiste de la Polynésie Oscar Temaru, élu en 2004. De 2011 à 2013, il participe au combat pour l’inscription de la Polynésie sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser. Puis il devient élu municipal de la commune de Faa’a, la plus peuplée de Polynésie, que dirige Oscar Temaru depuis 1984.

En 2014, il décide finalement de s’encarter au Tavini Huiraatira, le parti indépendantiste de la Polynésie. Il part même faire un tour de France pour tenter de récolter 500 signatures d’élus afin qu’Oscar Temaru puisse se présenter à l’élection présidentielle en 2017. La mission est impossible mais Moetai Brotherson a retiré plein d’enseignements de sa longue escapade. Elu en 2017 à l’Assemblée nationale, le nouveau député polynésien fait sensation en arborant des chemises à fleurs et le lavala, au point de faire changer le règlement de l’Assemblée.

►Moetai Brotherson : chapitre 3

Prise de son : Bruno Dessommes. Pour retrouver tous les épisodes de #MaParole, cliquez ici.  

 

 

Moetai Bortherson en 5 dates
♦ 22 octobre 1969
Naissance de Moetai Brotherson à Papeete.
♦ 1990
Obtention d’une maitrise en informatique de l’Ecole internationale des sciences du traitement de l’information.  
♦ 30 mars 2014
Elu conseiller municipal de la commune de Faa'a.
♦ 17 juin 2017
Elu député de la troisième circonscription de la Polynésie française.
♦ 8 octobre 2020
Réédition du roman Le Roi absent (éditions Vent des îles) de Moetai Brotherson
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live