Calédoniens ailleurs : morceaux choisis de tranches de vie

diaspora
Calédoniens ailleurs : morceaux choisis de tranches de vie
Calédoniens ailleurs : morceaux choisis de tranches de vie ©DR
"Calédoniens ailleurs", ça continue en 2020 ! Yogiste voyageuse, jeune pilote de chasse, influenceuse en perpétuel mouvement ou encore danseur décidé à faire bouger son Caillou : retour sur les portraits inédits qui vous ont été proposés en 2019.
Depuis le lancement de la rubrique "Calédoniens ailleurs" en novembre 2015, vous avez pu découvrir 215 portraits de Calédoniens. Des parcours improbables, des choix de vie émouvants, des destins hors du commun ou encore des histoires d’amour touchantes vous ont été racontés.

A chaque fois, la même envie, présenter toute la richesse et la diversité de cette « diaspora calédonienne » installée aux quatre coins du monde. Pour certains, le désir de faire passer des messages à travers leurs histoires : l’envie de s’en sortir malgré les obstacles, la volonté d’être un exemple pour les jeunes du pays, l’énergie déployée pour participer à la construction de la Nouvelle-Calédonie.

En 2019, 47 portraits inédits vous ont été proposés. Parmi eux, il y a bien sûr les étudiants. Ils sont de plus en plus nombreux à quitter le Caillou pour se former. Aéronautique, sciences sociales, informatique, écoles de commerce ou d’ingénieur, les domaines sont variés.

Certains partent pour mieux revenir, bénéficiant fréquemment des dispositifs d’aide au départ ou de bourses. A l’instar de Niméra Poidyaliwane, jeune étudiante en école d’ingénieur installée à Montréal qui est partie avec le programme Mobilité Québec. "C’est important de partir pour se rendre compte de la chance que l’on a de vivre en Nouvelle-Calédonie et pour s’ouvrir aux autres mentalités", déclare la jeune femme originaire de Poindimié.

Si d’autres conjuguent également avenir avec retour au pays, ils veulent aller plus loin et se mettre au service de la Nouvelle-Calédonie. Comme Clara Filippi. L’étudiante en relations internationales s’imagine bien en ambassadrice de son Caillou. "J’ai envie de défendre les intérêts de mon pays", indique-t-elle notamment. Ou comme Wakoca Philippe Yeiwene, étudiant en management. Technicien devenu enseignant devenu ingénieur, le Calédonien ne cesse de s’instruire. Car pour lui, plus l’on sait, plus l’on va loin, plus l’on peut participer au développement de son pays.

A l’inverse, certains de nos "Calédoniens ailleurs" rêvent leur futur loin de leur Caillou. Comme par exemple Fabien. A 26 ans, cet ingénieur a fait le choix de quitter son métier et sa vie confortable en Nouvelle-Calédonie pour se lancer dans l’inconnu. Le Calédonien a réalisé en juin un tour de Nouvelle-Zélande à vélo. Un périple qui est le premier d’une longue série. 

C’est une vraie invitation au voyage que nous ont proposé certains témoins. Comme Peter Shekleton qui parcourt la planète depuis son enfance. Cet « anglo-calédonien » installé à Londres, a visité 93 pays. "Quand on est Calédonien, on grandit avec plusieurs cultures, on en a une appréciation différente. Quand on voyage beaucoup, on veut perpétuer ça tout en recherchant le dépaysement », estime-t-il.
 
47 portraits inédits de "Calédoniens ailleurs" ont été proposés en 2019
47 portraits inédits de "Calédoniens ailleurs" ont été proposés en 2019 ©DR

Certaines aventures se vivent en famille. En 2019, trois familles calédoniennes ont raconté leur nouvelle vie à l’étranger, celles d’Aurélie Pandosy (au Canada), d’Emeraude Raillard (en Australie) et d’Anaël et Audrey (en Nouvelle-Zélande). Des témoignages qui relatent les difficultés et les joies que de partir en famille vivre ailleurs.

Quelques uns de nos "Calédoniens ailleurs" connaissent un destin hors du commun. Comme Tristan Lenormand, conseiller en image. De la montée des marches à Cannes au podium de Jean-Paul Gaultier en passant par les plateaux de cinéma, le Nouméen s’est laissé emporter par le tourbillon de la vie.

Nos artistes calédoniens connaissent aussi des trajectoires improbables. En 2019, des musiciens, des danseurs, des illustratrices et des peintres ont partagé leur histoire. Tous restent profondément attachés à leur Caillou. "En tant qu’artiste, j’ai besoin de me nourrir et d’expérimenter avant de rentrer au pays. Par la suite, j’aimerais contribuer au développement culturel du Caillou. J’aimerais que mon parcours soit inspirant pour les jeunes. En tout cas, je suis reconnaissant envers ceux qui me suivent au pays", déclare ainsi Charles Brécard, artiste en danse vivant à Montréal.

"Calédoniens ailleurs" est une rubrique conçue par vous et pour vous. Si vous souhaitez partager votre histoire, contactez-nous via Facebook ou en écrivant à notre journaliste ambre@lefeivre.com.

Pour retrouver tous les portraits de la rubrique, cliquez ici. Pour retrouver toutes les vidéos faites sur ces "Calédoniens ailleurs", cliquez ici.