publicité

"Petit éloge de l'outre-mer" : la déclaration d'amour de François Garde

Haut-fonctionnaire et écrivain, François Garde vient de publier un court récit dans lequel il dépeint avec talent son amour pour l'Outre-mer. A lire !

© DR
© DR
  • Par David Ponchelet
  • Publié le
Ce "Petit éloge de l'outre-mer", paru aux éditions Gallimard dans la collection Folio, est aussi bref (100 pages) qu'attachant. Tous ceux qui vivent ou ont vécu dans les Outre-mer, retrouveront sous la plume talentueuse de François Garde un peu de "leur" Outre-mer. 
 

Haut-fonctionnaire et écrivain

François Garde est un écrivain atypique. Depuis le début de sa carrière de haut-fonctionnaire à la fin des années 80, il a souvent fréquenté les Outre-mer. "L'outre-mer me colle à la peau", écrit-il. Il fut tour à tour sous-préfet du Marin en Martinique, secrétaire général adjoint en Nouvelle-Calédonie, administrateur supérieur des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Il est également passé par la Polynésie, la Guadeloupe, la Guyane, Wallis et Futuna et Mayotte. Il ne confesse qu'un regret : ne pas connaître Saint-Pierre et Miquelon. En 2012, il publie son premier roman, "Ce qui advint du sauvage blanc", couronné de nombreux prix littéraires dont le Goncourt du premier roman. Plusieurs autres ouvrages suivront, dont "Pour trois couronnes", "La baleine dans tous ses états" et "Marcher à Kerguelen". 
 

"L'outre-mer n'existe pas"

Dans ce "petit éloge", François Garde prend un plaisir évident à rendre hommage à cette France non-hexagonale, à ses cultures, ses langues, ses populations, ses communautés. Et il met en évidence un paradoxe :


Bien sur, l'outre-mer n'existe pas. Pas plus que la province.

Vous naissez Breton ou Savoyard, Alsacien ou basque. Vous ne devenez provincial qu'en arrivant à Paris. Le regard de l'autre, du centre, vous définit et vous assigne : non par ce que vous êtes, mais comment on vous regarde. Un motif en creux. Il en est de même pour un Réunionnais, un Polynésien ou un Martiniquais.

Dans la quiétude de leurs îles, qu'aucune solidarité ne lie spontanément les unes aux autres, leur identité leur suffit entièrement, ils ne se pensent pas comme ultramarins. Ils ne le deviennent qu'à leur corps défendant, dans le choix que d'autres font pour eux.

Malgré tout, cette définition exogène fait sens et correspond à une réalité. Une réalité géographique et une option de destin. Un résultat de l'histoire et de la volonté. Une conjonction d'astres.

- Extrait de "Petit éloge de l'outre-mer"


A travers son récit, François Garde évoque ses souvenirs et sa vision de l'outre-mer. Les cérémonies coutumières et l'importance de la parole en Nouvelle-Calédonie, les randonnées dans le cirque de Mafate et le passage des baleines à La Réunion, les nuits sous des carbets dans la forêt guyanaise, l'air pur de l'île d'Amsterdam au beau milieu de l'océan Indien, l'importance de la religion à Wallis, l'inoubliable marché de Papeete. Il évoque également avec humour et diplomatie la différence entre les rhums des Antilles et de La Réunion.  

Pour feuilleter les premières pages de ce "Petit éloge de l'outre-mer", c'est en cliquant par ici. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play