Prix des carburants : Total appliquera sa remise à la pompe au cas par cas dans les territoires d’Outre-mer

consommation
CC0_essence pompe gazole diesel carburant_20220831
La réduction de 20 centimes € par litre dans les stations TotalEnergies ne s'appliquera pas dans tous les territoires d'Outre-mer. ©David Roumanet / Pixabay
Sous le feu des critiques à cause de ses énormes bénéfices réalisés au 2e trimestre 2022, TotalEnergies avait consenti à appliquer une remise à la pompe sur toute la France, Outre-mer inclus. Cela se fera finalement au cas par cas. En cause : des négociations qui n’ont pas pu aboutir sur certains territoires.

Une remise au cas par cas. Voilà en résumé la stratégie adoptée par TotalEnergies dans les territoires ultramarins.

Alors que le groupe a annoncé qu'il renonçait à mettre en place la baisse de 20 centimes € par litre dans les stations-services de La Réunion, ce lundi 29 août, Outre-mer La 1ère a contacté le géant pétrolier pour savoir ce qu’il en était finalement pour les autres territoires ultramarins.

Dans un courriel envoyé ce mercredi 31 août, TotalEnergies nous a répondu que :

  • la mesure sera appliquée à Mayotte ;
  • elle sera aussi effective en Guyane, Polynésie française et Nouvelle-Calédonie, mais avec des adaptations locales sur une partie des stations ;
  • la réduction ne sera pas mise en place dans les départements de la Réunion, de la Martinique et de la Guadeloupe.

 

Pourquoi une telle différence de traitement ?

"TotalEnergies avait précisé être prêt à pratiquer la baisse des prix dans les DROM-COM, en concertation avec les autorités locales, notamment pour définir les modalités selon lesquelles une opération de baisse des prix pourrait être menée", rappelle le groupe.

Ces concertations se sont tenues durant le mois d’août en discutant avec les différents acteurs mais n’ont malheureusement pas abouti à un compromis permettant de faire cette opération sur leur territoire, ce que nous regrettons.

TotalEnergies

A Outre-mer La 1ère

1er rebondissement en juillet

Pour comprendre, il faut remonter un mois en arrière. Le groupe pétrolier était sous le feu des critiques pour avoir engrangé 5,7 milliards $ de bénéfices au 2e trimestre 2022, soit le double des bénéfices réalisés au 2e trimestre 2021. 

S'en est suivi un débat parlementaire sur la taxation des "superprofits" des grandes multinationales comme TotalEnergies. Une idée finalement rejetée par l'Assemblée Nationale.

A la place, et selon le représentant des stations-services indépendants sous la pression du gouvernement, TotalEnergies publiait le 22 juillet dernier un communiqué de presse, dans lequel le groupe s’engageait à baisser le prix de l'essence à la pompe de 20 centimes € par litre du 1er septembre au 31 octobre, puis de 10 centimes par litre du 1er novembre au 31 décembre.

Cette ristourne venait s'ajouter à celle de 30 centimes € par litre accordée par le gouvernement et mise en place en septembre, pour faire face à la flambée du prix des carburants.

Craintes des distributeurs

Mais rien n’avait été précisé sur le fait que ce geste commercial s'appliquerait aussi dans les territoires ultramarins. TotalEnergies avait clarifié quelques jours plus tard la situation en déclarant que la remise serait bien appliquée partout dans les Outre-mer.

De quoi susciter l'inquiétude des distributeurs des territoires ultramarins, qui craignaient une déstabilisation du système local de prix administrés par l’Etat, qui fixe chaque mois les tarifs maximum des produits pétroliers, ainsi que les marges de chaque intervenant, comme l’explique cet article de Guadeloupe La 1ère.

Les distributeurs estimaient que les stations des autres compagnies ne pourraient pas s’aligner et perdraient leur clientèle.