🎧Réécoutez "L'Oreille est hardie". Gary Victor ou l'exil en son propre pays

L'Ă©crivain Gary Victor
Retour tout en "replay", en cette toute fin d'année 2023 sur la rencontre de "L'Oreille..." avec l’auteur haïtien Gary Victor. Il revenait, pour nous, sur la situation que vit son pays, avec les attaques violentes de gangs armés qui sèment la terreur. Une situation tendue qui pousse les habitants à quitter les quartiers de Port-au-Prince. Témoignage édifiant de l’écrivain dans "L’Oreille est hardie".

Avant de clore cette année 2023, L'Oreille... vous propose de jeter un oeil dans le rétrovisuer avec la réécoute de la rencontre avec l'écrivain Gary Victor. Rencontre via liaison téléphonique oblige puisque l'auteur n'avait pas pu se déplacer comme il le souhaitait.
En cette rentrée littéraire 2023, il
aurait du assurer pleinement la promotion de son dernier roman intitulé Le violon d’Adrien (éditions Mémoire d’encrier). Seulement voilà, les soubresauts de la vie en Haïti en ont décidé autrement. L’auteur Gary Victor laisse finalement la place au journaliste et éditorialiste qu’il est également, et se doit de témoigner quant aux drames actuels qui se nouent en Haïti.

Car cela fait des mois maintenant que Port-au-Prince et d’autres communes sont menacées par des bandes armées, se livrant sans distinction à des actes de délinquance, plongeant de plus en plus le pays dans le chaos. En appelant Gary Victor, L'Oreille est hardie a voulu en savoir plus sur ce contexte difficile, cette nouvelle crise, que traverse le pays :

Carrefour-Feuille

Gary Victor est originaire du quartier populaire de Carrefour-Feuille ; l’écrivain le plus lu d’HaĂŻti, auteur d’une bonne quinzaine de rĂ©cits et de romans, y a grandi (son dernier roman y puise son dĂ©cor et son inspiration, Ă  suivre dans le prochain podcast de L’Oreille...). C’est aussi lĂ  que se trouve la maison familiale et une partie de ses proches. 

Cms-ContentHasMedia_19375586

Depuis les exactions commises dans les quartiers par ces gangs (pillages, agressions, viols, parfois meurtres…), ils sont des milliers Ă  avoir dĂ©sertĂ© les lieux pour se rĂ©fugier dans d’autres communes."DĂ©jĂ  la notion d’exil colle Ă  la peau des HaĂŻtiens, nous voilĂ  dĂ©sormais vivant comme un deuxième exil Ă  l’intĂ©rieur mĂŞme de notre propre pays !" dĂ©plore en substance et tristement Gary Victor, qui s’est vu lui aussi dans l’obligation de partir et de mettre Ă  l’abri sa famille. 

La proie des gangs

Ă€ l’instar de Gary Victor, d’autres artistes se sont fait l’écho de cette nouvelle et douloureuse  situation que traverse HaĂŻti. L’autrice de théâtre et militante fĂ©ministe GaĂ«lle Saint-AimĂ© racontait dĂ©jĂ  Ă  L’Oreille… les troubles causĂ©s par ces hommes que rien ne semble contrĂ´ler ou arrĂŞter. Une constatation d’impuissance ou d’immobilisme que relève en tout cas Gary Victor. Ce dernier, dans le podcast, ne mâche pas ses mots quant aux responsables de ce dĂ©sastreux laisser-aller...

Cms-ContentHasMedia_19375589

Écoutez L’Oreille est hardie...

Gary Victor revient sur les conditions de vie de la population de Port-au-Prince, sur ses propres contraintes et sur le statut de l’écrivain au sein de la sociĂ©tĂ© haĂŻtienne. L’auteur est convaincu, mĂŞme - et peut-ĂŞtre justement surtout - dans ces conditions, de la nĂ©cessitĂ© de continuer d’écrire, ne serait-ce que pour la force du tĂ©moignage et comme une forme de rĂ©sistance. 

Gary Victor a publié un nouveau roman "Le violon d’Adrien" aux éditions Mémoire d’encrier. Il nous en parle dans le prochain podcast de "L’Oreille est hardie" (Gary Victor 2/2).