publicité

En France, de plus en plus de maires, découragés, quittent leurs fonctions. Plus de mille maires ont ainsi démissionné depuis les dernières élections municipales. Ce n’est pas le cas à la Réunion, pourtant le quotidien d’un maire de l’île n’est pas un long fleuve tranquille. Un jour avec… Daniel Pausé, Monsieur le maire de Trois Bassins.

 

Plongé dans ses salades bios et ses brèdes, Daniel Pausé commence sa journée dans son jardin. Discret, il est sans doute un des maires les moins connus de La Réunion, dans une ville qui fait peu souvent parler d’elle : Trois Bassins.

Daniel Pausé a fait toute sa carrière dans l’administration pénitentiaire, à la prison du Port. Depuis quatre ans, il dirige la commune de Trois Bassins. Le maire habite l’ancienne maison d’Abdlekrim, le chef de guerre du Maroc exilé à la Réunion en 1926.

Regardez "Un jour avec..." de Jean-Marc Collienne et Laurent Figon : 
Un jour avec... Monsieur le maire


 

Une exploitation

Daniel Pausé est aussi "éleveur". "Nous sommes sur mon exploitation, explique-t-il. Au départ, c’était le porc, puis les volailles". Aujourd’hui, il possède 3 500 pintades, canards et cous-nus. Quelques mètres plus loin, Daniel est chez l’une de ses quatre filles. Depuis qu’il est maire, il a moins de temps pour son entreprise. "C’est ma femme qui s'en occupe et ma fille qui donne un coup de main pour les commandes", poursuit-il. Ses revenus aussi ont changé. "Mes revenus agricoles sont en chute libre", confie Daniel.

En tant qu’élu, il perçoit 1900 euros. Daniel en garde 1400 et partage le reste avec ses adjoints. Daniel Pausé touche aussi 1900 euros en tant que vice-président du TCO. Avant d’être maire, il avait plus de revenus déclaré qu’aujourd’hui. "C’est pour cela que je suis là temporairement", poursuit-il. Pour sa fille, Daniel devrait "s’occuper plus de la famille et mettre un peu de côté la mairie. C’est ce qu’il a toujours voulu, mais parfois c’est difficile. Je suis obligée de l'appeler pour prendre rendez-vous pour discuter".
 

© REUNION LA 1ERE

Un bureau toujours ouvert

Il est 9 heures. Daniel Pausé arrive à la mairie. "Là, vous êtes dans la maison du peuple", dit-il. Tous les jours, le maire reçoit sans rendez-vous, pour souvent le même type de demande : emploi ou logement.
 
Cantinière à l’école de Montvert, une femme entre dans la mairie, elle cherche du travail, son contrat est terminé. "Il faut prendre un rendez-vous avec votre conseiller pôle emploi, explique le maire. Je vous le dis honnêtement : avec la baisse des contrats aidés nous n’avons pas grand-chose. Ça ne va pas s'améliorer malheureusement. Je sais dans quelles difficultés vous êtes, mais y a plein de monde dans votre situation".
 

© REUNION LA 1ERE

Emploi et logement

Chaque jour, le maire reçoit une vingtaine ou trentaine personnes qui attendent pour un emploi ou un logement. "Nous connaissons tous les problèmes, mais nous sommes des amortisseurs sociaux, comme on dit", explique Daniel qui affirme que les quatre dernières années ont été difficiles. "Nous avions plus de 200 contrats aidés sur la commune, aujourd’hui nous sommes à 60".

A 18h30, Daniel ouvre le conseil municipal. Travaux de rénovation de l'hôtel de ville, construction d'une salle polyvalente, pendant une heure, le maire égrène les propositions budgétaires. Sans opposition présente, l’ensemble des points du jour est adopté à l’unanimité.
 
Le conseil municipal de Trois Bassins s’achève. Comme d’habitude, il n’a pas donné lieu à un spectacle palpitant, mais de nombreux maires de l’île rêveraient sans doute d’une telle tranquillité.
 

Daniel Pausé, maire de Trois-Bassins. © REUNION LA 1ERE