Stéphane Lenormand : "Je suis là pour défendre les dossiers de mon territoire, et ceux de la France"

élections
Stéphane Lenormand devant l'Assemblée nationale ©Inès Apetovi
Arrivé ce mardi 21 juin à Paris, le député de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Lenormand s'est présenté ce matin à l'Assemblée nationale pour prendre ses fonctions. Un nouveau départ pour le retraité de l'éducation nationale.

L'unique député de Saint-Pierre et Miquelon a fait son entrée, ce mardi 21 juin, dans la cour des grands. À 57 ans, Stéphane Lenormand, professeur de français et d'histoire-géographie aujourd'hui à la retraite, a été élu par les habitants de l'archipel avec 50,36% des voix exprimées. Une courte avance face au candidat de la NUPES Olivier Gaston.

"C'est un moment important, c'est un peu comme une rentrée scolaire pour un ancien de l'éducation nationale, je sais ce que ça représente", déclare le nouveau parlementaire. Et pour "rentrer encore plus dans le costume de député", Stéphane Lenormand se positionne comme l'homme de la situation pour son territoire : "Dans une semaine, les travaux vont commencer. Il faudra être prêt, les premiers jours seront mouvementés et je pense qu'il y aura des débats très enflammés. Je tâcherai d'adopter un esprit d'ouverture, de responsabilité et de détermination, car je suis là pour défendre les dossiers de mon territoire, mais aussi ceux de la France".

Une première mesure contre la vie chère

À peine arrivé sur le sol hexagonal, le représentant d'Archipel Demain veut d'ores-et-déjà s'affairer aux gros dossiers. La vie chère, problématique commune à l'ensemble des territoires d'Outre-mer, sera sa première proposition dans l'Hémicycle : "Saint-Pierre et Miquelon est desservi en bout de ligne, les problématiques de l'augmentation du transport maritime, de l'hydrocarbure, du fioul représenteront un problème très important pour le territoire et notamment lorsque l'hiver s'installera. Chez nous, le chauffage est une part très importante du budget", explique Stéphane Lenormand. L'ancien président de la collectivité territoriale espère qu'il pourra compter sur ses homologues des Outre-mer pour prendre en compte les spécificités de ces territoires.

Pour ce qui est de sa première préoccupation au sein de l'Assemblée, Stéphane Lenormand envisage de rejoindre le groupe "Territoires et Libertés" qui est en cours de reconstitution. "Je souhaite être dans un petit groupe, car il est plus facile de s'y retrouver que d'être noyé dans un groupe de 100 ou 200 députés. C'est une façon d'acquérir une certaine agilité, je peux soutenir le gouvernement lorsque la mesure proposée sera bonne, mais aussi m'opposer lorsqu'elle sera néfaste, comme celle sur les retraites où je suis absolument contre", précise le député.

D'un pas déterminé, mais avec un visage tiré par la fatigue, décalage horaire oblige, Stéphane Lenormand se dirige vers l'intérieur de l'Assemblée pour y récupérer son écharpe et son insigne de député. C'est à ce moment précis qu'il fera officiellement partie de la grande famille du Parlement français.