Tests antigéniques pour se rendre outre-mer : priorité à l'aéroport de Roissy (info Outre-mer la 1ère)

coronavirus
tente PCR Orly
Une tente a été installée dans l'aérogare d'Orly 3 pour permettre aux passagers à destination des Outre-mer de réaliser un test PCR sur place. Mais les demandes sont très nombreuses et les délais rallongés. ©Jean-Michel Mazerolle
Il n'y aura pas de test antigénique à l’aéroport Paris-Orly pour les voyageurs se rendant outre-mer, en tout cas pas tout de suite. C'est à Roissy que seront mis en place les tests antigéniques dont les résultats sont communiqués en vingt minutes. 
 
Sollicité par Outre-mer la 1ère, le ministère des Outre-mer a tenu à apporter quelques précisions face au flou qui entoure les propos du ministre délégué aux transports, le 16 octobre dernier sur CNews. Jean-Baptiste Djebarri avait alors annoncé « le déploiement de tests antigéniques – des tests permettant des résultats beaucoup plus rapides – entre 15 et 30 min - dans les aéroports français d’ici la fin octobre ».

« Le test antigénique ne sera possible (pour prendre l’avion – NDLR) si et seulement si un test RT-PCR ne peut être obtenu avant 48 heures. Ces tests antigéniques seront mis à la disposition des voyageurs, dont ceux partant en Outre-mer, dans un centre de dépistage à l'aéroport Charles-de-Gaulle d'ici la fin du mois », font savoir les services du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Le ministre délégué aux Transports l'a d'ailleurs confirmé mardi dans un tweet :
 

Partir d'Orly, en passant par Roissy ?

Résultat : sans doute pas de deuxième centre de dépistage de la Covid-19 en prévision sur la plateforme aéroportuaire du sud de Paris. Contactés par nos soins, les services d’ADP Paris-Orly sont pour l’heure… « sonnés », mais déclarent laconiquement « respecter la décision des autorités ».

Les voyageurs désirant se rendre outre-mer depuis Orly devront donc continuer de présenter les résultats d’un test RT-PCR de moins de 72 heures. « En cas de problème, ils pourront se rendre à Roissy-Charles-de-Gaulle pour passer un test antigénique », explique-t-on rue Oudinot. En d’autres termes, les voyageurs d’Orly pourront faire un crochet par Roissy pour espérer prendre leur vol dans les temps. Au siège du Ministère des Outre-mer, on insiste : « Les tests antigéniques ne seront possibles que si et seulement si les voyageurs apporteront la preuve qu’ils ont bien demandé ou passé un test PCR  ».
 

L'annonce du 10 septembre

Une situation jugée aberrante par les voyageurs et les Ultramarins; d’autant plus aberrante que l’aéroport d’Orly concentre l’essentiel du transport passagers de et vers les outre-mer français. 500 tests RT-PCR sont effectués en moyenne chaque jour dans le seul centre de prélèvement situé au sous-sol d’Orly 4. Depuis plusieurs semaines, la direction de l’aéroport d’Orly travaillait à l’ouverture d’un deuxième centre de dépistage, « pour désengorger le premier, notamment pour les voyageurs se rendant outre-mer », avait annoncé à outre-mer la 1ere son directeur, Régis Lacote, le 10 septembre dernier.

Les précisions du ministère des Outre-mer sont d’autant moins compréhensibles que, suite aux déclarations ministérielles, le groupe ADP – Aéroport de Paris – gestionnaire des plateformes de Roissy-Charles-de-Gaulle et Paris-Orly s’était dépêché, via son PDG Augustin de Romanet dans un tweet daté du 17 octobre dernier, de se dire prêt à ouvrir dès le 26 octobre prochain deux centres de dépistages supplémentaires – un dans chaque aéroport parisien – afin de désengorger les deux premiers, notamment celui de Paris-Orly.
 

Priorité à l'international

Selon nos informations, la mise en place des tests antigéniques à Roissy-Charles-de-Gaulle est destinée en priorité à faciliter le flux de voyageurs à l’international via le hubb d’Air France, en priorité sur l’axe Paris-Etats-Unis, et d’augmenter le nombre de passagers de et vers l’Europe. Il y a quelques jours, lors d'un comité interministériel sur le tourisme, le gouvernement avait annoncé le lancement d'une campagne de communication pour inciter les touristes hexagonaux à s'envoler vers les destinations des Outre-mer. L'absence de tests antigéniques à Orly ne va pas faciliter les choses.