Tuerie à la préfecture de police de Paris : le parquet national antiterroriste saisi

faits divers
Préfecture police
©Martin BUREAU / AFP
L'enquête se poursuit sur l'homme d'origine martiniquaise à l'origine de la tuerie à la préfecture de police de Paris et a été reprise par le parquet national antiterroriste, selon plusieurs sources concordantes.
Le parquet national antiterroriste (PNAT) s'est saisi vendredi de l'enquête sur l'attaque meurtrière à la préfecture de police qui a fait cinq morts dont l'assaillant, a appris l'AFP auprès de ce dernier et du parquet de Paris.

L'enquête, diligentée jusqu'alors par le parquet de Paris, a été reprise sous les qualifications d'"assassinat et tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste", ainsi que pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a précisé le PNAT.

Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle, la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en co-saisine, a-t-il ajouté.Des fréquentations de l'assaillant, présentées comme appartenant à la mouvance salafiste intriguent notamment les enquêteurs de la brigade criminelle, selon des sources concordantes.
 
L'employé d'origine martiniquaise et âgé de 45 ans, a attaqué plusieurs de ses collègues à l'arme blanche. Quatre personnes sont mortes et l'homme a été abattu par les forces de l'ordre. Peu après l'attaque, jeudi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait indiqué que cet employé atteint de surdité "n'avait jamais présenté de difficultés comportementales" ni "le moindre signe d'alerte".