Une ville américaine en quête de charniers 100 ans après des émeutes raciales

racisme
massacre de tulsa
Le quartier de Greenwood en feu, pendant le massacre racial de Tulsa en 1921 avec une annotation "La petite Afrique est en feu. Massacre racial de Tulsa, 1er juin 1921. ©Tulsa Historical Society & Museum
Rouvrant une page sombre de son histoire, une ville de l'Etat américain de l'Oklahoma va creuser le sol à la recherche de fosses communes de victimes noires, un siècle après de violentes émeutes raciales.
La municipalité de Tulsa a annoncé mardi dans un communiqué son intention de procéder à des excavations dans un cimetière où des "recherches géophysiques préliminaires ont identifié une vaste anomalie pouvant correspondre à une fosse commune". Les historiens estiment que jusqu'à 300 Afro-Américains ont été tués dans le massacre de Tulsa.

Les fouilles devraient permettre d'établir l'éventuelle présence de restes humains et de déterminer les conditions des inhumations. L'enquête étudiera ensuite la possibilité d'éventuelles indemnisations pour les descendants des victimes.
 

Lynchage

Les violences avaient déferlé après l'arrestation d'un adolescent noir, accusé d'avoir agressé une femme blanche, selon le rapport d'une commission d'enquête. Un affrontement avait éclaté entre un groupe de Blancs souhaitant lyncher l'adolescent et un groupe de Noirs souhaitant au contraire le protéger.  Puis, le 31 mai et 1er juin 1921, une foule d'Américains blancs avait attaqué les habitants noirs du quartier prospère de Greenwood, à Tulsa, commettant le massacre. 

"Notre quête pour connaître la vérité sur ce qu'ont vécu nos concitoyens en 1921 se poursuit. (...) Au printemps, nous procéderons à des fouilles pour déterminer ce qu'il en est", a tweeté mardi le maire de Tulsa, G.T Bynum.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live