Coronavirus : le gouvernement envisage un déconfinement "régionalisé" (Edouard Philippe)

coronavirus
Edouard Philippe
Edouard Philippe ©DR
La mission d’information de suivi de la crise du Covid-19 présidée par Richard Ferrand a auditionné Edouard Philippe et Olivier Véran, ministre de la Santé. Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement n'envisagerait pas un "déconfinement en une fois pour tout le monde". 
 
►Déconfinement
"Nous ne nous acheminons pas vers un déconfinement général pour tout le monde en même temps", a indiqué le Premier ministre, Edouard Philippe à l'Assemblée nationale. "Nous travaillons sur un déconfinement régionalisé ou en fonction de classes d’âge". "Nous sommes en train d’étudier toutes les hypothèses".

Edouard Philippe a indiqué qu'une ébauche de stratégie se ferait "dans les jours, les semaines qui viennent de façon à donner une perspective à nos concitoyens".

Nous avons demandé à plusieurs équipes de travailler sur cette question en étudiant l'opportunité, la faisabilité d'un déconfinement qui serait régionalisé, qui serait sujet à une politique de test, en fonction, qui sait, de classes d'âge.
Edouard Philippe

Pour l'heure, le confinement général en France est ordonné jusqu'au 15 avril. Le Premier ministre et le ministre de la Santé Olivier Véran étaient auditionnés en fin de journée par visioconférence par la toute nouvelle mission d'information de l'Assemblée nationale sur la gestion gouvernementale de la crise.

►Confinement Outre-mer
Le Premier ministre répondant à la question d'un parlementaire, a insisté sur le fait que "le respect d’un confinement strict est plus difficile dans certains endroits qu’ailleurs. On comprend très bien que le confinement à Mayotte est plus difficile que dans un appartement du 7e arrondissement (NDLR quartier aisé de Paris)".

Edouard Philippe a usé de pédagogie : "le confinement est là pour préserver les Français les plus fragiles. Et ces Français les plus fragiles, il y en a partout, dans tous les territoires. Ces règles sont strictes et formulées pour l’ensemble du teritoire nationale", insiste-t-il.

Le Premier ministre a invoqué "une fragilité" plus grande des territoires ultramarins du point de vue sanitaire. "C’est ancien, cela tient aussi au vieillissement de la population notamment en Guadeloupe", a-t-il ajouté. C’est pourquoi, même si l'épidémie n'était pas aussi avancée que dans l'Hexagone, "les mêmes mesures qu’en métropole" ont été appliquées "car là-bas plus qu’ailleurs il fallait freiner très fort dès le début" a souligné Edouard Philippe. 
 
Les prix Outre-mer
Interrogé sur les conséquences économiques Outre-mer de cette épidémie de coronavirus par le député de la Guadeloupe Olivier Serva, Edouard Philippe a rappellé "la fragilité" de ces territoires. "L’ensemble des dispositions de la loi d’urgence sanitaire sont applicables Outre-mer", a-t-il rappellé.

Sur la question de l’augmentation des prix Outre-mer, le Premier ministre se veut "vigilant" et a annoncé la mise en place d'une instance chargée de ce contrôle en liaison avec les CCI (Chambres de commerce et d'industrie).
Les députés auditionnent le Premier ministre le 1er avril
Les députés auditionnent le Premier ministre le 1er avril 2020 ©DR

►La poste
Interpellé par un parlementaire sur "la continuité des services postaux" mise à mal pendant cette crise, le Premier ministre a acquiescé : "c’est un sujet complexe et problématique dans certains territoires". Edouard Philippe a indiqué qu’il parlerait demain, jeudi 2 avril, au président de la Poste, Philippe Wahl, pour régler ce problème.

►Les porte-hélicoptères en Outre-mer
Les porte-hélicopères Mistral et Dixmude ont été envoyés à La Réunion/ Mayotte et aux Antilles/Guyane pour "soulager, accompagner l’offre sanitaire qui est, elle-même, en augmentation dans les Outre-mer", a déclaré le Premier ministre. Edouard Philippe n'a pas, pour l'instant, donné plus de précisions sur la mission de ces bâtiments militaires.

Dans la matinée, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye avait indiqué que "ces deux porte-hélicoptères ne seront pas utilisés comme des bateaux-hôpitaux".

22 membres de la réserve sanitaire en Guadeloupe
Le ministre de la Santé a annoncé que 22 membres de la réserve sanitaire seront envoyés en Guadeloupe dès demain (jeudi 2 avril). La réserve sanitaire est constituée de professionnels de santé volontaires et mobilisables par l’État. Il s'agit de médecins, de soignants, de techniciens de laboratoire ou de manipulateurs radio.

►Baccalauréat 2020
En réponse à une question d'un parlementaire sur la continuité pédagogique, Edouard Philippe a déclaré que le baccalauréat  2020 ne pourra pas se passer "dans des conditions normales comme si rien ne se serait passé". "Plusieurs options sont sur la table", a précisé le Premier ministre. "Le contrôle continu", "organiser une épreuve", "beaucoup d’idées sont formulées et dépendent des conditions dans lesquelles vont se dérouler le déconfinement".
 
Mission d’information de suivi de la crise du Covid 19
Mission d’information de suivi de la crise du Covid 19 ©DR


►Mission d'information
Le 17 mars dernier, la Conférence des Présidents a décidé de la création d’une mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’impact, la gestion, et les conséquences dans toutes ses dimensions de l’épidémie de Coronavirus-Covid-19.
 

Cette mission à durée indéterminée, au sein de laquelle l’ensemble des groupes politiques et des commissions permanentes seront représentés doit permettre à la représentation nationale d’assurer un suivi de l’épidémie et ses conséquences. 


La première réunion a lieu ce mercredi 1er avril avec les auditions du Premier ministre Édouard Philippe et du ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran. La mission d'information se réunira ensuite en principe une fois par semaine, le mercredi après-midi.