DOCU. Le destin brisé des Japonais de Nouvelle-Calédonie

histoire
Un documentaire inédit qui retrace l'histoire tragique des Japonais de Nouvelle-Calédonie. ©Ekla Production - Red Pacific
Au lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, les Japonais de Nouvelle-Calédonie sont arrêtés et envoyés dans des camps. Des familles sont séparées. Leurs biens sont confisqués. À travers le témoignage des descendants de ces Japonais, le film remonte le fil de cette histoire méconnue.

Ce documentaire inédit nous emmène de la Nouvelle-Calédonie au Japon en passant par les États-Unis et l’Australie. Il retrace l'histoire oubliée de ces Japonais chassés de Nouvelle-Calédonie. "Le destin brisé des Japonais de Nouvelle-Calédonie" part à la rencontre des descendants qui découvrent un pan de leur histoire avec émotion.

Victimes collatérales de la seconde Guerre Mondiale

61a78f961c99c_cercle-japonais.jpg
Cercle japonais en Nouvelle-Calédonie avant la seconde Guerre Mondiale ©Ekla Production - Red Pacific

En 1941, l'attaque menée par les Japonais à Pearl Harbor dans le Pacifique amène les États-Unis à arrêter et interner brutalement dans des camps toutes les familles japonaises installées dans le pays. Une vaste opération qui trouve un écho douloureux à des milliers de kilomètres de là, en Nouvelle-Calédonie. Sur cet archipel devenu une base arrière des forces américaines dans le Pacifique, le gouverneur Sautot, rallié à la France libre, organise l'envoi au bagne de l'île Nou, de plus d'un millier de Japonais. Certains vivent en Calédonie depuis plus de 50 ans, venus travailler dans les mines de nickel. Considérés comme des espions potentiels, ces Japonais voient leurs biens confisqués. Séparés de leurs familles, internés en Australie puis expulsés au Japon à la fin de la guerre, beaucoup ne reverront jamais leur femme et enfants calédoniens.

Un passé douloureux et méconnu

61a78a6d64e8d_document-administratif-japonais.jpg
Document de l'administration coloniale précisant la date d'arrestation et d'embarquement pour l'Australie d'un Japonais de Nouvelle-Calédonie ©Ekla Production - Red Pacific

Aujourd’hui, ils sont plus de 8.000 Calédoniens d’origine japonaise, enfants et petits-enfants de ces exilés, des sangs-mêlés qui font de la Calédonie un territoire pluri-ethnique. Après plus de 70 ans d'un silence presque honteux, de nombreux Calédoniens d'origine japonaise tentent de mettre des mots sur ce passé douloureux, sur cette histoire trop souvent tue, en renouant des liens avec un pays, le Japon, qui reste une partie d'eux-mêmes.