En liquidation judiciaire, l’école d’aviation Airways College sauvée de justesse par Paris Flight Training

éducation
Apapreils de l'école Airways college, 2021
Des appareils utilisés dans la formation proposée par Airways college. ©Anthony Cuer
Depuis plusieurs mois, l’école d’aviation Airways Collège était en faillite. Les 217 élèves, dont bon nombre sont ultramarins, ignoraient s’ils pourraient avoir leur diplôme de fin d’année. L’annonce de la reprise de l’école par Paris Flight Training est un soulagement.

Les 217 élèves qui étudient au sein du Airways College d’Agen sont soulagés. Leur école, déclarée en liquidation judiciaire depuis le 30 avril dernier, vient d’être reprise par Paris Flight Training, sur décision du tribunal de commerce. C'est ce qu'à indiqué dans un post Facebook le collectif de soutien aux élèves de l'école d'aviation, créé en mai dernier. “Parmi tous les élèves, tous ceux qui veulent poursuivre leur cursus au sein d’Airways College le pourront", a déclaré ce vendredi à Outre-mer La 1ère Amélia Sommers, élève d'Airways et chargée de la communication. “Il leur sera toutefois demandé de verser 10 000 euros supplémentaires mais ils pourront aller au bout de leur formation”. L’emploi d’au moins 43 salariés de l’école d’aviation a été sauvé et “aucun membre de l’équipe dirigeante précédente n’a été gardé”, précise Amélia Sommers.

 

Une école de renom et des élèves endettés 

Reconnue depuis plus de trente ans comme l’une des meilleures écoles d'aviation de France, Airways College accusait une dette de plus de 17 millions d’euros avant d’être placée en liquidation judiciaire. 

C’est notamment grâce à cette réputation que l’école a pu continuer le recrutement de nouvelles promotions alors même qu’elle se savait dans le rouge. Des jeunes aspirants pilotes de ligne venus de La Réunion, de Saint-Pierre et Miquelon ou encore de Nouvelle-Calédonie en font partie. Au cours de l'enquête, le train de vie de certains dirigeants a été pointé du doigt. 

En plus de l’inquiétude liée à l’incertitude quant à l’avenir de leurs formations, certains élèves avaient dû contracter des prêts afin de s’acquitter des frais de scolarité. Ces derniers s’élèveraient jusqu'à 100 000 euros. “Nous avons une quinzaine d’élèves en situation de grande précarité qui ne peuvent pas avancer les frais supplémentaires”, a indiqué à La 1ère Amélia Sommers. 

“Paris Flight Training et l’association des élèves a prévu de lancer une collecte de fonds pour venir en aide à ceux qui ne peuvent pas régler”

Amélia Sommers

Le ministre des Transports interpellé 

Lorsqu’ils ont appris que leur école était sur la sellette, plusieurs élèves se sont organisés en collectif afin de demander de l’aide à l’État. Une lettre ouverte a été adressée au ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, qui a fini par échanger puis par recevoir le collectif au mois de mai. 

Nous avons tenu à lui remettre en mains propres un courrier conjoint pour attirer son attention sur la situation des élèves et de leurs familles qui ont consenti de lourds sacrifices financiers”, avait déclaré le sénateur de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Artano à l’issue d’une rencontre avec le ministre. 

Paris Flight Training, nouveau gestionnaire de Airways College, est installé dans l’Essonne, en région parisienne.  

Reportage Outre-mer La 1ère sur le sujet