Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A au plus bas depuis 2010 dans les départements d'Outre-mer (hors Mayotte)

emploi
Chômage outremer
Le nombre de chômeurs en catégorie A en Guadeloupe, Martinique, Guyane et à La Réunion a diminué au mois de mai, selon les données du ministère du Travail publiées lundi 27 juin. Désormais, 220 430 personnes sont en recherche active d'emploi.

La baisse du chômage dans les Outre-mer se confirme. Depuis 2018, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A diminue inlassablement en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à La Réunion réunies, malgré un pic provoqué par la crise sanitaire en 2020. D'après les derniers chiffres communiqués par le ministère du Travail, 220 430 personnes étaient inscrites à Pôle emploi et recherchaient activement un travail en mai. C'est 1,6 % de moins que le mois précédent.

Made with Flourish


La baisse en Outre-mer est plus marquée qu'au niveau national : en France, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 0,8 % sur un mois.

Un plus bas depuis 2010

Si on regarde l'évolution sur un an, en revanche, la tendance s'inverse : la baisse est de 7,6 % dans les départements et régions d'Outre-mer ; elle est beaucoup plus forte au niveau national (-15 %). En cause : en 2021, les territoires ultramarins ont davantage été soumis à un régime d'exception à cause de la crise du Covid-19.

Depuis les crises financières et économiques de 2007, le chômage n'a cessé de s'aggraver en France et dans les départements d'Outre-mer. En 2015, plus de 260 000 personnes étaient à la recherche d'un emploi en Guadeloupe, Martinique, Guyane et à La Réunion, du jamais vu depuis que le ministère du Travail publie ses données sur l'emploi chaque mois. Avec près de 220 000 chômeurs, on retrouve désormais le niveau de novembre 2010.

Toutes catégories confondues - A, B et C, qui comprennent les demandeurs d'emploi ayant travaillé partiellement -, la baisse est plus relative sur un an : -3,7 % en Outre-mer (hors Mayotte) ; -8,8 % à l'échelle nationale.

L'inflation et la baisse du pouvoir d'achat - alors que la vie chère est déjà un thème préoccupant dans les territoires d'Outre-mer - font néanmoins craindre l'arrivée de nuages noirs au-dessus du marché du travail ultramarin. "La résilience des économies ultramarines aux chocs externes sera donc à nouveau mise à l’épreuve en 2022", concluaient l'IEDOM et l'IEOM dans leur bilan de la conjoncture économique ultramarine en 2021 publié au mois de mai.