Le spectacle "Depwofondis" du chorégraphe guadeloupéen Max Diakok revient sur les planches à Saint-Denis

danse
Depwofondis
Image du spectacle "Depwofondis", créé en 2014 par le chorégraphe guadeloupéen Max Diakok (à gauche) ©Willy Vainqueur

A l’occasion de la réouverture des scènes, la Compagnie Boukousou du danseur et chorégraphe guadeloupéen Max Diakok va faire revivre son spectacle "Depwofondis" à la Basilique de Saint-Denis, en région parisienne, ces 21 et 22 mai.

Dans le cadre de l’événement "Dansez La Basilique !", le Centre des monuments nationaux et la Compagnie Boukousou présentent ces vendredi et samedi à 19h à la Basilique de Saint-Denis, en région parisienne, le spectacle "Depwofondis" du danseur et chorégraphe guadeloupéen Max Diakok. Cette reprise d’une création de 2014 sera précédée "d'une déambulation dansée et chantée, menée par les enfants de différents quartiers de la ville, invitant les spectateurs à découvrir les recoins de l’édifice classé monument historique, et entrer dans l’univers du spectacle", selon les organisateurs. L’objectif étant de rapprocher les habitants de Saint-Denis du spectacle vivant et du patrimoine de leur commune.

La première représentation de "Depwofondis" a eu lieu il y a sept ans à l’Auditorium de Clichy-la-Garenne, et a parcouru un sacré chemin depuis, qui l’a mené avec succès, entre autres, du Festival Off d’Avignon à Liverpool en passant par la Guadeloupe, la Guyane et Ouagadougou au Burkina Faso ! Le spectacle s’inspire librement de "La Conférence des oiseaux", du poète persan Farid Al-Din Attar (XIIIe siècle), où ces derniers traversent notamment les vallées de la recherche, de l’amour, de la connaissance, de l’unité et du dénuement, pour finir par trouver l’illumination en eux-mêmes. L’œuvre résonne aussi avec la création musicale contemporaine, en faisant se rencontrer le gwoka de Guadeloupe et le hip-hop.


"La machine à uniformiser et à déshumaniser n’a de cesse de trouver de nouveaux modes opératoires dans ce 'chaos-monde'. Malgré tout, les aspirations au rêve et la singularité parviennent à s’infiltrer dans les interstices du rouage. Les utopies têtues persistent. D’autres naissent", précise le descriptif de l’œuvre chorégraphique.

Dans une interview accordée à Outre-mer La 1ere en 2015, Max Diakok expliquait aussi : "Le spectacle Depwofondis est un gros plan sur les conditionnements de la société actuelle, et sur les chemins de désaliénation qui conduisent à se retrouver soi-même. Il s’agit de trois individus pour lesquels il va se produire une métamorphose, qui va les amener à trouver un dialogue avec eux-mêmes. D’abord à travers leur corps, puis à travers le silence. Dans ma démarche, j’essaie de trouver cet espace de silence à l’intérieur pour mieux pouvoir comprendre au lieu de subir et d’être balloté. Trouver cette force qui nous rend plus vertical pour pouvoir mieux comprendre et dialoguer avec les autres".

Distribution de "Depwofondis" par la Compagnie Boukousou
Max Diakok chorégraphe, interprète, avec Alexandre Atanga, Loic Elice ; Claire Risterucci costumes ; Malanda Loumouamou scénographie ; Lucile Perain dramaturgie ; Jean Pierre Nepost création lumières ; Jean Grison régie lumière ; Rico Toto création musicale.

Infos pratiques
Basilique cathédrale de Saint-Denis
1 rue de la Légion d’Honneur
93200 Saint-Denis
Métro : ligne 13, station Basilique de Saint-Denis
Représentations à 19 h
Entrée gratuite. Durée : 1h15
Renseignements et réservation (jauge limitée) : 06 68 52 77 17