Présidentielle 2022 : la Nouvelle-Calédonie et Emmanuel Macron, déjà cinq ans

élections
Macron à Ouvea
Emmanuel Macron en mai 2018, à Ouvéa. ©René Molé / NC la 1ère
Réélu pour un second mandat présidentiel, Emmanuel Macron a recueilli en Nouvelle-Calédonie 61 % des voix contre 39 % pour Marine Le Pen. L’occasion de faire un bilan sur son quinquennat et notamment sur ses relations avec la Nouvelle-Calédonie.

Le quinquennat d’Emmanuel Macron a été bien sûr marqué par les trois consultations référendaires sur l’avenir institutionnel du pays. C’est en mai 2018 que les Calédoniens font vraiment sa connaissance. Le chef de l’Etat visite pour la première fois le Caillou, qui prépare le référendum prévu le 4 novembre.

Pas un hasard, Emmanuel Macron choisit de se rendre à Ouvéa, au moment de la commémoration des trente ans de la tragédie de la grotte d’Iaai. C’est la première fois qu’un président de la République française se rend sur l’île.

macron fayaoué ouvéa
©Ludovic MARIN / AFP

Remise de l'acte de prise de possession

Autre acte fort : au centre culturel Tjibaou, il remet l’acte de prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France en 1853. Puis dans un discours au théâtre de l’Île à Nouville, le chef de l'Etat se pose en rassembleur, reconnaissant en ses termes la colonisation ou encore la ségrégation des Kanak. Il rend hommage dans le même temps aux bagnards et à leurs descendants.

Emmanuel Macron prononce cette phrase, reprise lors des campagnes référendaires : "La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie." Il appelle à l’unité et au dialogue pour ne pas faire reculer l’Histoire. Un discours bien accueilli par tous les partis. Ce sera la dernière fois.

remise des actes
Lors de la remise des actes de possession au centre Tjibaou, en mai 2018. ©NC la 1ère

La crise Covid-19

La première consultation référendaire se déroule dans de bonnes conditions, de manière consensuelle, mais les suivantes vont tendre les relations entre l’Etat et les élus calédoniens. Notamment sur la date des scrutins. Le deuxième, en 2020, est reporté à la demande des indépendantistes, ce qui est justifié par des problèmes logistiques liés à l'arrivée du Covid-19. Une décision mal accueillie par les loyalistes.

Appel à la non-participation

Par la suite, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, reprend le dossier calédonien à la demande d’Emmanuel Macron. L’Etat publie un document très attendu par les Calédoniens, celui des conséquences du Oui et du Non, qui est présenté en juillet 2021. Il fixe la date du troisième référendum au 12 décembre. Mécontents du contenu du document et de la date choisie, les indépendantistes accusent l’Etat français de sortir de sa neutralité

Le haut-commissaire Patrice Faure montre la version enrichie du document sur le plateau de NC la 1ere. 15 juillet 2021
Le haut-commissaire Patrice Faure montre la version enrichie du document sur le plateau de NC la 1ere. ©NC la 1ere

La campagne référendaire débute en août. Mais en septembre, la Calédonie est rattrapée par la pandémie de Covid. Le débat sur le report de la date revient sur le tapis. Les indépendantistes n’obtiennent pas gain de cause. Ils appellent à la non-participation au vote et à refuser toute discussion au lendemain du scrutin.

Messages relayant l'appel à non-participation du FLNKS au référendum 2021, sur le rond-point de Boulari au Mont-Dore, le 8 décembre.
Messages relayant l'appel à non-participation du FLNKS au référendum 2021, sur le rond-point de Boulari au Mont-Dore, le 8 décembre. ©Françoise Tromeur

56 % d'abstention au troisième référendum

Les résultats tombent. Un large Non l’emporte. Mais avec plus de 56 % de taux d’abstention, correspondant à cet appel à ne pas participer. Désormais, celui qui parle de "Calédonie chérie" est réélu président de la République, avec un soutien marqué des électeurs du Caillou qui se sont prononcés. C'est donc avec Emmanuel Macron que les indépendantistes vont devoir reprendre les discussions.

Voyez également cette synthèse de Brigitte Whaap : 

©nouvellecaledonie