Port du masque obligatoire en extérieur : et en Outre-mer ?

coronavirus
Port du masque
Le port du masque est général dans les rues de Fort-de-France. ©Martinique la 1ère
Depuis le 1er août, un décret permet aux préfets d’obliger le port du masque dans certains lieux extérieurs. Plusieurs villes ont déjà appliqué ce décret, dans l’Hexagone comme en Outre-mer, pour faire face à une épidémie de coronavirus qui regagne du terrain.
 
Depuis quelques semaines, l'épidémie de coronavirus semble progresser dans des territoires d'Outre-mer jusqu'ici relativement épargnés. En juillet, le Premier ministre Jean Castex a rendu le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos partout en France. Et depuis le 1er août, un décret permet aux préfets d'imposer le port du masque dans les lieux publics extérieurs. Le 11 août, Jean Castex a appelé les préfets et élus locaux à "étendre le plus possible l’obligation du port du masque dans les espaces publics" à l’extérieur. 
  

Les Abymes, première commune des Outre-mer à imposer le port du masque

Le 9 août, le maire des Abymes, Eric Jalton, a informé la population que le masque devenait obligatoire dans les lieux ouverts fréquentés par du public de cette commune guadeloupéenne. La commune de Saint-Claude a suivi en imposant lundi 18 août le port du masque sur certains sites touristiques comme la Soufrière, aux Bains jaunes et sur les sentiers. 
  Le préfet de la région Guadeloupe a pris un arrêté le 20 août 2020 afin de rendre le port du masque obligatoire dans certains lieux publics de Capesterre de Marie-Galante, de Grand-Bourg et de Saint-Louis. Les trois communes de la Grande Galette sont, donc, concernées.

Mais le port du masque dans les espaces publics avait déjà été généralisé en Guyane, depuis le 1er juillet. A cette période, le territoire était violemment touché par le coronavirus. 

Depuis le 11 août, le masque est obligatoire dans les espaces publics ouverts en Martinique. Cela concerne les rues piétonnes, les marchés en plein air et les lieux de vente en bord de route.
  

Vers un port du masque généralisé dans d’autres territoires

Depuis le 15 août, le masque est obligatoire dans les espaces publics extérieurs fréquentés, dans les rues commerçantes et aux abords des écoles et des crèches à La Réunion pour faire face à une augmentation des cas de coronavirus. Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis déplore l’absence d’obligation d’effectuer un test une semaine après l’arrivée sur l’île. Actuellement, seul un tiers des voyageurs qui rentrent de métropole vont se faire tester à J+7. La communauté médicale souhaite que le ministre des Outre-mer rende ces dépistages obligatoires. Le port du masque sera obligatoire dans les collèges et lycées pour tous les élèves et personnels dès la reprise des cours, le 17 août. Cette règle devra aussi être appliquée dans les transports scolaires. Sans masque, les élèves ne pourront pas prendre le bus pour se rendre en cours.  
Le 20 août, les maires de communes du Port, de La Possession, de Saint-Paul, de Trois-Bassins et de Saint-Leu, dans l'Ouest de La Réunion ont pris la décision de rendre le port du masque obligatoire à partir du 24 août jusqu'au 6 septembre sur l'ensemble de ces communes. 

En Polynésie, le président Edouard Fritch a annoncé plusieurs mesures pour faire face à une augmentation inquiétante du nombre de personnes contaminées par le coronavirus, dont le port du masque obligatoire dans les commerces et les transports. Par ailleurs, le port du masque est obligatoire pour tous les élèves polynésiens, à partir de la 6ème et jusqu'à la fin du lycée, dans leurs établissements. Tous les personnels des établissements scolaires sont aussi concernés.  
A Tahiti, les villes de Punaauia et Faa'a ont annoncé le 12 août que le masque était désormais obligatoire dans les espaces publics fréquentés. Le lendemain, le port du masque est devenu obligatoire pour toute personne âgée d’au moins 11 ans dans tous les lieux clos et établissements recevant du public. Cela concerne aussi les crèches et garderies. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live