outre-mer
territoire

Réunionnais de la Creuse : la commission rend son rapport d’étude [ENCADRE]

diaspora
Prosper Eve, Wilfried Bertile, Philippe Vitale, Gilles Gauvin et Michel Vernerey
Prosper Eve, Wilfried Bertile, Philippe Vitale, Gilles Gauvin et Michel Vernerey ©CB
La commission de recherche et d’information historique rend son rapport ce mardi 10 avril 2018 au ministère des Outre-mer. Cette étude sur la transplantation des mineurs de La Réunion en France de 1962 à 1984 était très attendue par les associations. 
Pendant 20 ans environ, à partir de 1962, plus de 2000 enfants réunionnais ont été déplacés pour repeupler des départements ruraux de l'Hexagone. Cette politique avait été mise en place sous l’impulsion de Michel Debré, ex-Premier ministre et député de l’île.


Traumatismes

Depuis 2002, avec la plainte contre l’Etat de Jean-Jacques Martial, de nombreux ex-enfants réunionnais de la Creuse et des autres départements se sont fait entendre. Ils sont nombreux à raconter à quel point ils ont vécu ce transfert dans l’Hexagone comme un traumatisme.

Réunionnais de la Creuse
Réunionnais de la Creuse ©DR

Commission

Organisés en associations, les Réunionnais de la Creuse ont obtenu la reconnaissance de leurs préjudices. Une résolution a été votée à l'Assemblée nationale en février 2014. Une commission chargée de faire la lumière sur leur histoire a été créé le 18 février 2016. Un an après, des mesures concrètes en leur faveur ont été adoptées

Une étude attendue

Ce mardi 10 avril 2018 au ministère des Outre-mer à Paris, la commission de recherche et d'information historique va donc rendre son étude à Annick Girardin. Ce rapport portera que "le déplacement vers l'Hexagone entre 1963 et 1982, d’enfants et d’adolescents réunionnais, en vue de repeupler les départements en cours de désertification". Les associations des Réunionnais de la Creuse attendaient depuis longtemps une étude précise sur cette affaire.

Moyens de la commission

Pour mener ses recherches, la commission a organisé des auditions avec des ex-enfants transférés dans différents départements français. Les portes des archives à Paris et à Aix-en-Provence ont été ouvertes aux membres de la commission. Enfin une adresse mail (Lesenfantsdelacreuse@outre-mer.gouv.fr)  a été créée ce pour recueillir le plus d'information possible concernant les Réunionnais de la Creuse. 

Ses membres

Cette commission est composée de cinq membres. Le président Philippe Vitale, sociologue et maître de conférences en sociologie, Wilfrid Bertile, agrégé de géographie à la retraite, Gilles Gauvin, docteur en histoire et professeur d’histoire-géographie, Marie-Prosper Eve, historien et Michel Vernerey, inspecteur général des affaires sociales honoraire. Ce dernier a quitté la commission en janvier 2018.

Des Réunionnais de la Creuse à l'audition organisée par la commission chargée de faire la lumière sur leur histoire
Audition organisée par la commission ©CB

Une histoire tragique

L’histoire des Réunionnais de la Creuse reste encore très sensible. En janvier 2017 Philippe Vitale confiait à La1ère : "On ne connaît que 300 enfants transférés sur les 2150 que nous avons recensés. Certains sont morts, d’autres se sont suicidés, certains n’ont plus envie de remuer le passé. Ceux qui viennent nous voir racontent des histoires douloureuses".