Un blackface dans une fête de village indigne les internautes

racisme
Blackface à la fête de la Fourme à Montbrison (Loire) ©@AliceRage_
Lors de la fête de la Fourme samedi 2 octobre dernier à Montbrison (Loire), certains participants se sont peints le visage en noir. Ils ont aussi revêtu des tenues antillaises pour défiler dans les rues de la commune.

Samedi 2 octobre dernier, dans la petite commune de Montbrison près de Saint-Etienne (Loire), les habitants célébraient la fête de la Fourme et des Côtes-du-Forez, un fromage et un vin qui marquent l'identité de la ville.

Pour l'occasion, des chars défilent dans les rues et l'un d'entre eux est "consacré" aux Antilles, avec un groupe de personne ayant fait un blackface, habillés en madras antillais.

Selon les témoins, ce blackface est affiché de manière totalement décomplexée devant la foule. Le groupe a même pris une photo, comme on peut le voir dans le tweet suivant.

Réactions scandalisées des internautes

Blackface, appropriation culturelle, racisme... Encore aujourd'hui, des comportements  inappropriés perdurent. Après le blackface du joueur de foot Antoine Griezmann en 2017, la vidéo des salariés du Slip français en 2020 et la polémique dans l'émission 7 à 8, qui avait grimé en noir une femme pour l'anonymiser, ce genre de pratiques racistes et offensantes continuent en 2022. Sur les réseaux sociaux, la communauté antillaise s'insurge.

En France, il n'existe aucun texte de loi qui condamne la pratique du blackface, même si l'institution judiciaire considère qu'il s'agit d'un acte raciste. Pour autant, cette pratique peut s'apparenter à un "harcèlement discriminatoire", selon le Défenseur des droits qui renvoie à la loi du 27 mai 2008.