Une station de métro au nom d'Aimé Césaire inaugurée à Aubervilliers

aimé césaire
Station de métro Aimé Césaire
Station Aimé Césaire sur la ligne 12 du métro parisien, à Aubervilliers. ©Quentin Menu
Avec quatre ans et demi de retard, la RATP a officiellement ouvert mardi 31 mai les deux stations de métro prolongeant la ligne 12 vers le nord de l'Île-de-France. L'une d'elle rend hommage à l'écrivain, poète et homme politique martiniquais.

13 heures. La voix sort du talkie-walkie que tient fermement la directrice de la ligne 12 du métro parisien. "Je vous confirme l'ouverture au public des stations Aimé Césaire et Mairie d'Aubervilliers". La nièce d'Aimé Césaire et le fils de celle-ci, invités à la cérémonie, applaudissent, émus.

Depuis mardi 31 mai, la nouvelle station qui porte le nom de l'ancien député de Martinique permet à la ville d'Aubervilliers, située en Seine-Saint-Denis, d'être "décloisonnée" et "désenclavée". Désormais à seulement 10 minutes de Paris, ce sont près de 40 000 voyageurs supplémentaires qui pourraient transiter chaque jour par la station Aimé Césaire.

"C'est un honneur... C'est un bel hommage" fait à l'homme de Fort-de-France, salue Francette, une Martiniquaise qui vit en Île-de-France et qui a fait le déplacement spécialement pour venir voir la nouvelle station de métro.

Station de métro Aimé Césaire
Francette est venue à l'inauguration de la station Aimé Césaire à Aubervilliers, le 31 mai. ©Quentin Menu

Station de métro Aimé Césaire
Intérieur de la station Aimé Césaire, sur la ligne 12 du métro parisien, à Aubervilliers. ©Quentin Menu

Station de métro Aimé Césaire
Fresque représentant Aimé Césaire aux abords de la station de métro qui porte son nom, à Aubervilliers. ©Quentin Menu


À l'extérieur, une gigantesque fresque met à l'honneur l'œuvre de l'écrivain, mort en 2008. Des dessins bleus, des gravures oranges, des textes en noir... Les artistes Catherine Félix et Hermine Poitou ont mis en avant l'humanisme du Martiniquais, chantre de la négritude, auteur du Cahier d'un retour au pays natal (1939) et pourfendeur du colonialisme. "Aimé Césaire avait ce rapport et ce message très particulier sur l'universel et le singulier dont on ferait bien de s'inspirer", avance Stéphane Troussel, président socialiste du département de la Seine-Saint-Denis, présent lors de l'inauguration.

L'Île-de-France, le "sixième DOM"

Figure consensuelle, les élues de droite Valérie Pécresse (présidente de la région Île-de-France) et Karine Franclet (maire d'Aubervilliers) ont salué la mémoire d'Aimé Césaire, panthéonisé en 2011.

[Cette station Aimé Césaire] rend hommage au rôle que les Ultramarins jouent dans la région Île-de-France. On appelle souvent l'Île-de-France le sixième DOM [département d'Outre-mer], parce que c'est la première région métropolitaine d'accueil des Ultramarins.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France

Aimé Césaire en est désormais le totem. Déjà honoré par de nombreuses rues en France et de multiples bâtiments et édifices - comme l'aéroport international de Fort-de-France, par exemple - c'est désormais la Régie autonome des transports parisiens (RATP) qui célèbre l'icône martiniquaise. "On a beaucoup de collègues, à la RATP, qui sont Ultramarins, dit la PDG Catherine Guillouard à Outre-mer La 1ère. Et je pense que c'est aussi une fierté pour eux d'avoir ce grand poète, écrivain, qui est sur le réseau [de transports] de tous les franciliens."

"Il le mérite"

Après les discours des officiels, la nièce de l'écrivain, Nicole Césaire-Leroy, et son fils, Patrick Leroy, ont été invités symboliquement à monter sur scène, pour marquer la dimension également culturelle (et non pas uniquement infrastructurelle) de cette inauguration.

C'est une grande fierté pour moi. C'est un grand honneur que mon oncle Aimé Césaire porte un nom d'une station de métro.

Nicole Césaire-Leroy, nièce d'Aimé Césaire

L'ancien maire de Fort-de-France et représentant de la Martinique à l'Assemblée nationale était le tuteur de la vieille dame, réjouie et émue par l'hommage rendu au frère de son père. "Il le mérite, souffle-t-elle. Aimé Césaire était un homme intègre, droit, honnête (...) Quand j'étais étudiante, il m'a beaucoup aidé dans mes études musicales à Paris."

Station Aimé Césaire
Patrick Leroy et sa mère Nicole Césaire-Leroy à la station Aimé Césaire, à Aubervilliers. ©Quentin Menu


Suivie de son fils, Patrick, la nièce d'Aimé Césaire saute dans le métro de la ligne 12, pour relier la station Mairie d'Aubervilliers à celle qui porte le nom de son oncle. Hasard de l'histoire, Patrick Leroy est animateur-agent mobile sur cette même ligne de métro. "Quand je suis arrivé sur la ligne 12, j'ai su qu'ils allaient nommer une station Aimé Césaire, raconte-t-il, vêtu de son gilet RATP. Mais ils ne savaient pas que j'étais de sa famille." Désormais, c'est dans cette station d'Aubervilliers qu'il opèrera, proche de son grand-oncle. Le bip du métro retentit, signifiant son départ imminent. Un agent crie : "Attention à la fermeture des portes ! Même si c'est une nouvelle station, les règles n'ont pas changé !"