Une traversée de l'Hexagone pour alerter sur les effets du chlordécone

chlordécone
Lilith et Chacha
Lilith et Chacha marchent dans l'Hexagone pour sensibiliser aux dangers des produits phytosanitaires. ©Lilith et Chacha
Lilith et son mari Chacha ont entrepris un tour de France pour informer des dégâts des produits phytosanitaires dont le chlordécone. Ce pesticide employé dans les bananeraies des Antilles est soupçonné d'avoir durablement pollué les terres et les eaux, et d'être à l'origine de cancers.

Au matin du 30 juillet, 15 kilos sur le dos, Lilith et Chacha quittent Champigny-sur-Marne en région parisienne. Cap sur Toulouse et un périple de 900 km à pied, avec pour étape, 25 communes dans six régions, dont Nantes et Bordeaux, des villes symboles d’un passé esclavagiste. Objectif : alerter sur les dangers des produits phytosanitaires.

Un projet ambitieux pour le couple mais il faut dire que depuis l’écriture de son mémoire sur les effets du chlordécone dans le cadre de son master de sciences politiques, Lydie Rauld qui a pris pour nom de militante Lilith, n’est plus la même. 

Une randonnée sous forme de plaidoyer 

Le 28 mai dernier, la martinico-guyanaise manifestait devant le Panthéon pour dénoncer les effets de ce pesticide utilisé dans les bananeraies sur le peuple antillais. Dans certains endroits en Martinique et en Guadeloupe, l’eau souterraine contient des taux de la molécule toxique 100 fois supérieur à la norme. Des générations d’ouvriers agricoles ont été exposées et plus largement les populations martiniquaises et guadeloupéennes à ce produit qui s’est avéré cancérogène.

J’ai réalisé, moi, en tant qu’antillaise, que très peu d’actions étaient réalisées pour aider le peuple antillais. 

Lilith

Aujourd'hui, avec son compagnon Matthyeu Sebbah, surnommé Chacha, elle se lance dans une randonnée sous forme de plaidoyer destiné à faire connaître cette problématique aux habitants de l'Hexagone. Pas difficile d’embarquer son compagnon dans cette épreuve qu’ils ont débuté sous une chaleur accablante.

Mais après six ans chez les pompiers de Paris, Chacha est en condition pour cette traversée de la France, pour soutenir sa compagne et la cause qu’elle défend. Ce franco-algérien se définit comme quelqu’un d’humaniste et attaché à certaines valeurs. Cette situation aux Antilles est pour lui inacceptable. Il explique vouloir marcher pour "sortir de l'invisibilité médiatique".

Pour moi, la France d'Hexagone se doit d’avoir un réveil conscient de ce qui se passe aux Antilles, une personne qui s’est intéressée au chlordécone ne peut plus regarder ailleurs en fait.

Matthyeu Sebbah, dit "Chacha"

"Ma femme est une guerrière"

"Je considère qu’il faut se révolter de ce qui se passe ici et maintenant, il n’y a aucune aide pour les ouvriers qui souffrent et qui meurent du chlordécone", explique-t-il. Pour Chacha et Lilith, cela passe par la rencontre avec les habitants et les agriculteurs de l'Hexagone. Mais aussi par une collecte de fonds pour le "collectif des ouvriers agricoles martiniquais empoisonnés par les pesticides". Ils peuvent compter sur le soutien de personnalités antillaises telles que le musicien Dédé Saint-Prix et l'athlète Christine Aaron, détentrice du record d'Europe du 100 m et maire-adjointe de la commune de Champigny-sur-Marne. 

L’arrivée des randonneurs militants est prévue le 26 août à Toulouse, sans compter les aléas d'un tel projet. Au bout de trois jours, les chaussures de marche ont lâché, Lilith a marché 17 km pieds nus. Le lendemain c’est une tendinite au genou de la jeune femme qui ralenti le couple. Pas de quoi décourager Chacha qui l'assure : "Ma femme est une guerrière, nous aurons peut-être quelques heures de retard, mais nous arriverons à Toulouse"