FICTION. "L'homme qui venait d'ailleurs", une ode à la tolérance

racisme
À la fin du XIXe siècle, Pierre Adélaïde est un jeune médecin martiniquais. Son installation dans un petit village de campagne pour succéder au docteur vieillissant ne coulera pas de source. Ce téléfilm propose un réquisitoire contre la bêtise et l'obscurantisme. À voir ou revoir ici.

Dès son arrivée, le jeune médecin noir doit faire face à la méfiance et au racisme des habitants du bourg charentais. Son cabinet reste donc désespérément vide, les habitants refusent de recevoir ses soins. Il se heurte notamment à l'hostilité du notable local, Casimir Caillebois, qui considère l'homme de couleur comme un être inférieur. 

L'homme qui venait d'ailleurs photo 2
Pierre Adélaïde, interprété par l'acteur guadeloupéen Alex Descas, se rêve établi parmi les notables du pays ©France Télévisions

Accepté, finalement, comme le sauveur de la fille du maire, il ne voit pas que, sous le vernis mondain, le racisme demeure. 

Intelligent, complet et juste, «L'homme qui venait d'ailleurs» nous fait, en outre, la grâce de nous proposer un Pierre Adélaïde qui ne soit pas un être parfait. Ni même extrêmement sympathique de prime abord

La Libre Belgique

 

Réalisation François Luciani
Avec l'acteur guadeloupéen Alex Descas, Jérôme Anger, Barbara Schulz, Laure Marsac, Myriam Boyer, Olivia Brunaux, Eric Seigne, Maurice Chevit
Durée 90 min - 2004