Le gouvernement va créer de nouveaux centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales, en Guadeloupe et à Mayotte

justice
Elisabeth Moreno
©FTV
Le Gouvernement annonce un élargissement de la couverture territoriale des centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales (CPCA) avec la création de douze nouveaux centres, dont deux à Pointe-à-Pitre et à Tsoundzou.

Dans un communiqué de presse publié ce lundi 28 juin, le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances a annoncé la création de douze nouveaux centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales (CPCA) en Outre-mer, dont un à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe et un à Tsoundzou à Mayotte.

Un accompagnement psychothérapeutique, médical et à l'emploi

La création de CPCA vise à proposer aux auteurs de violences conjugales un accompagnement psychothérapeutique et médical, en cas d'addictions par exemple, et à apporter un possible accompagnement socioprofessionnel dans le cadre d'une insertion dans l'emploi.

Suite au Grenelle des violences conjugales lancé le 3 septembre 2019, le Gouvernement avait acté la création de 18 centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales pour 2020. Ainsi, trois centres existent déjà en Outre-mer : à Cayenne en Guyane, à Fort-de-France en Martinique et à Saint-Paul à La Réunion.

Lors de la première mise en place de CPCA en octobre 2020, Elisabeth Moreno, la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, déclarait que le projet constituait "une avancée significative et concrète dans la prévention du passage à l’acte et de la récidive". Dès lors, Moreno annoncait déjà qu'il s'agissait d'une initiative qu'il conviendrait "d'amplifier dès l'an prochain", en 2021.

"Cette prise en charge globale des auteurs implique un travail partenarial avec les collectivités locales, les professionnels de santé, les agences régionales de santé, les magistrats et l’ensemble du tissu associatif."

Elisabeth Moreno

 

Une ligne d'écoute dédiée aux auteurs de violences

Les CPCA sont accompagnés d'une ligne d'écoute dédiée aux auteurs de violences portée par la Fédération Nationale des Associations et des Centres de prise en Charge d'Auteurs de Violences conjugales & Familiales (FNACAV) afin de prévenir des passages à l'acte. De plus, le ministère prévoit la mise en place d'un dispositif de recherche d'hébergement pour les auteurs de violences afin que les victimes puissent rester chez elles.

Aujourd'hui, Elisabeth Moreno envisage ce doublement de la couverture territoriale des CPCA comme un "engagement collectif sur le terrain nous permettra d’enrayer le fléau des violences faites aux femmes". Avec la création de ces douze nouveaux CPCA, la France comptera trente centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales sur son territoire.