Le surf aux JO 2020 : satisfaction et espoir pour les surfeurs réunionnais

surf
Qui sont ces Réunionnais, pépites d’or du surf français ?
Lisa Girardet, Lucas Bernard et Mathis Crozon ont déjà participé aux championnats du monde du surf. ©LP
Le surf fera partie des disciplines des prochains Jeux Olympiques de Tokyo. Entre satisfaction et espoir, les surfeurs réunionnais réagissent sur La1ère.fr. Ils pourraient être nombreux à défendre les couleurs de la France en 2020.
"C’est un peu comme si nous avions pris une première belle vague, bien lisse, en travers, c’est un grand moment de bonheur et de fierté que le monde du surf n’oubliera pas". Joint par La1ère.fr, Jean-Luc Arassus, président de la Fédération Française de surf se satisfait de l’arrivée de la discipline aux jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Que des surfeurs réunionnais aux JO ?

Très attendue, l’arrivée du surf aux JO est une bonne nouvelle pour les athlètes ultramarins. "Ils représentent au moins 50 à 60 % des équipes de France, donc il y a énormément de chances qu’il n’y ait que des surfeurs réunionnais aux JO de 2020", sourit Jean-Luc Arassus, président de la Fédération Française de surf.

Johanne Defay médaillable

Chez les femmes, il faudra compter sur la Réunionnaise Johanne Defay. "Elle a le meilleur niveau au classement, si elle fait aux JO de 2020 les mêmes performances qu’à ce début de saison, elle est médaillable", remarque Jean-Luc Arassus.


Le rêve de Jérémy Florès

Sur Twitter, la surfeuse réunionnaise, Johanne Defay, s’est réjouie de l’arrivée du surf aux JO, tout comme Jérémy Florès. "Ça prouve que notre sport est reconnu mondialement, commente sur le site de la Fédération Française de surf, celui qui "rêve" de participer à ces jeux.  

L’espoir des jeunes réunionnais sur la côte basque

Sur la côte basque, la nouvelle est accueillie avec beaucoup d'espoirs par les jeunes réunionnais qui s’entraînent dans l'Atlantique. "Bien sûr, j’aimerais y participer dans quatre ans avec l’équipe de France, confie Mahé Javegny, jeune surfeurse réunionnaise. C’est une aventure sportive incroyable, mais il faudra passer par les championnats du monde puis les sélections pour y arriver, ça veut dire encore beaucoup de travail pour que le rêve devienne réalité".

Loin des requins, les jeunes surfeurs réunionnais s’entraînent sereinement sur la côte Atlantique
Mahé et Lisa sur la plage de Vieux Boucau. ©LP

Coach de Mahé Javégny, Vincent Guelfi, entraîne d’autres Réunionnais au Vieux Boucau Surf Club dans les Landes. "Mahé Javegny, Lisa Girardin, Colin Doyez ou encore Mathis Crozon sont de jeunes surfeurs qui auront 22-23 ans en 2020, soit l'âge de participer aux jeux, remarque Vincent Guelfi. Colin Doyez vient de se qualifier en équipe de France pour les prochains Championnats du monde, aux Açores ». De quoi se positionner à terme pour les jeux olympiques de Tokyo en 2020.