"On travaille sans s'en rendre compte" explique un élève lors d'un atelier de l'AME

À l’occasion de la journée mondiale de l’Océan 2024, Terre Outre-mer aborde les aires marines éducatives (AME) qui permettent aux élèves et enseignants de gérer de manière participative un petit bout de plage et de lagon. Sous forme d'ateliers, les enfants découvrent le milieu marin et deviennent acteurs de la préservation de l'océan.

Rencontre avec Véronique Léandre, enseignante et ses élèves de CM2 de l'école de Saint-Leu Centre à La Réunion. Elle travaille avec sa classe sur une Aire marine éducative (AME) située en face de l'école.

Une approche participative de la gestion d’un bien commun

Cette année l'accent est mis sur la végétalisation de la plage pour limiter l'érosion. Des espèces endémiques et indigènes sont plantées pour retenir le sable : des arbustes comme le veloutier et le manioc marron sont réintroduits en haute plage. Des lianes, disséminées plus bas, empêchent le sable de partir.

Revégétaliser les plages avec des espèces endémiques protègent le littoral de l'érosion et préservent la faune en réhabilitant les plages de ponte des tortues.

Ce projet amène les élèves à être actifs, à s'investir et à être vraiment dans des apprentissages solides puisqu'ils mettent du sens sur ce qu'ils apprennent.

Véronique Léandre, enseignante d'une classe de CM2 à Saint-Leu de La Réunion

Renforcer la préservation des milieux naturels marins et du littoral

Les enfants apprécient réellement les ateliers de l'AME. Ils comprennent "qu'ils travaillent sans s'en rendre compte. On apprend plein de trucs." Les aires marines éducatives visent à reconnecter les élèves à la nature et à leur territoire. L'occasion également de former les jeunes à l'écocitoyenneté.

Les Aires marines éducatives reconnectent les élèves à la nature et les forment à l'éco-citoyenneté.

Pauline Gaud, animatrice du Centre d'études et de découverte des tortues marines, intervient lors de l'atelier. Le CEDTM travaille sur la réhabilitation des plages de ponte. Elle explique aux élèves que les tortues, espèce migratrice, reviennent pondre sur la plage où elles sont nées. Chaque tortue a besoin de retrouver les odeurs des plantes endémiques présentes sur le littoral lors de sa naissance pour se repérer. Ce qui explique le choix de planter les arbustes indigènes comme le veloutier et le manioc marron.

Un concept né aux Marquises

La première Aire marine éducative est née aux Marquises en 2012. Une grande aire marine protégée était en train d'être mise en place dans l'archipel. Les élèves de l’école primaire de Vaitahu (Ile de Tahuata) ont exprimé leur souhait de devenir responsable de leur propre aire marine protégée en face de leur école.

En plus des rencontres avec des scientifiques et des membres actifs d'associations, les AME permettent de mettre en application le programme scolaire. Aujourd'hui, il existe des aires marines éducatives dans de nombreuses écoles d'Outre-mer comme de l'Hexagone.

Carte des Aires éducatives marines dans les départements et territoires ultramarins

♦ Pour aller plus loin :

Retrouvez ici d'autres épisodes de Terre Outre-mer, qui abordent les questions environnementales auxquelles sont confrontés les départements et territoires d'Outre-mer.

Réalisation et animation : Valentine Dubois
Autrice et voix : Caroline Marie

© France Télévisions 2023