Où en est-on des mesures sanitaires Outre-mer ? On fait le point, territoire par territoire

coronavirus
Opération contrôle respect mesures sanitaires à Saint-André
Les forces de l'ordre indiquent pour l'instant privilégier la pédagogie, en rappelant aux plus récalcitrants ce qui leur en coûte de ne pas porter le masque ©Antoine Garnier
L’état d’urgence sanitaire concerne désormais sept territoires ultramarins. Retour en détail sur les mesures mises en place.

Contrairement à l’Hexagone, plusieurs départements et régions ultramarins sont soumis à un régime de restrictions plus ou moins sévères pour endiguer la circulation active du SARS-CoV-2. Après une quatrième vague éprouvante pour les Outre-mer, l’apparition du variant Omicron fait craindre une nouvelle saturation du système hospitalier.

En effet, alors que la part de la population vaccinée reste faible, la pression hospitalière est très forte. En Guyane par exemple, le taux d’occupation des lits de réanimation est supérieur à 190% de la capacité initiale. De ce fait, le gouvernement a décidé de prendre des mesures supplémentaires.

Un état d’urgence étendu

L’état d’urgence qui a été décrété le mercredi 5 janvier concerne la Guadeloupe, la Guyane, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Tout comme pour la Martinique et La Réunion, l’état d’urgence sera maintenu jusqu’au 31 mars 2022. Concrètement, cela permet au gouvernement via les préfets notamment, de prendre des dispositions pour lutter contre la propagation du Covid-19. Il est ainsi noté dans le décret, que l'état d'urgence "permettra aux préfets de prendre des mesures d’interdiction de déplacement hors du domicile".

Ce sont donc sept territoires qui sont actuellement soumis au régime de l’état d’urgence sanitaire. Pourquoi ceux-là ? Il y a plusieurs raisons. Tout d’abord, une circulation très active du Covid-19, avec des taux d’incidence très élevés (1 082 cas pour 100 000 habitants en Guadeloupe). Ensuite, il y a la pression hospitalière. Le taux d’occupation des lits est important, avec 80% de la capacité initiale en Guadeloupe ou encore 85% pour Mayotte. De plus, du fait d’une situation sanitaire compliquée dans l’Hexagone, la possibilité d'envoyer des renforts est limitée. Enfin, la faible couverture vaccinale dans ces territoires est une autre raison invoquée par les autorités publiques.

Où en est-on des mesures sanitaires en Outre-mer ? On fait le point, territoire par territoire.

Guadeloupe

  • A compter du 7 janvier, un couvre-feu est instauré de 22h à 5h jusqu’au 28 janvier inclus.
  • Le pass sanitaire est obligatoire dans les établissements recevant du public qui y sont soumis.
  • Interdiction des activités dansantes jusqu’au 23 janvier.
  • Les rassemblements de plus de six personnes sont interdits sur la voie publique.
  • La jauge applicable aux centres commerciaux et magasins est d’un client pour 8 m2.
  • L’accès aux plages, rivières et plan d’eau est interdit de 18h à 5h, les pique-niques y sont interdits, tout comme l’alcool et les regroupements de plus de six personnes.
  • Le protocole est renforcé dans les bars et restaurants, six personnes maximum par table, un mètre entre les chaises et mise en place d’un cahier de rappel.
  • Le port du masque est obligatoire en extérieur, dans tous les lieux et espaces publics pour toute personne à partir de 11 ans.
  • Mise en place à minima de trois jours de télétravail par semaine lorsque c’est possible.

Martinique 

  • Le couvre-feu est maintenu entre 20h et 5h.
  • Tout rassemblement à plus de six personnes dans l’espace public est interdit, sauf autorisation de la mairie.
  • Le port du masque est obligatoire dès 11 ans en extérieur, y compris sur la voie publique.
  • La jauge applicable aux centres commerciaux et magasins est d’un client pour 8 m2.
  • Sur les plages, berges de rivières, parcs et chemins, sont interdits les pique-niques, l’alcool et les regroupements à plus de six personnes.
  • Les discothèques ne peuvent pas accueillir du public.

Guyane 

  • A compter du 7 janvier, un couvre-feu est mis en place de 20h30 à 5h à Cayenne, Kourou, Macouria, Matoury, Rémire-Montjoly et Saint-Laurent du Maroni.
  • Les restaurants, bars, cafés, ainsi que les activités culturelles (cinéma, musées…), les salles et clubs de sports et les activités touristiques, restent ouverts avec pass sanitaire et sous un protocole sanitaire strict.
  • Les discothèques sont fermées.
  • Les rassemblements sont limités à dix personnes maximum sur la voie publique.
  • Les festivités carnavalesques sont maintenues, mais avec jauge et pass sanitaire. De plus, seules les parades dans les rues de Cayenne et de Saint-Laurent du Maroni sont autorisées, toutes les autres sont interdites.
  • Le port du masque en extérieur est obligatoire, y compris sur la voie publique.

La Réunion 

  • Depuis le 1er janvier, un couvre-feu entre 21h et 5h est instauré.
  • Les centres commerciaux, les magasins et les commerces sont soumis à différentes jauges. Dans un marché couvert, c’est 8m2 par personne, dans un marché de plein air, c’est 4m2 par personne, dans un commerce de moins de 10m2, c’est un client, dans un commerce d’une surface comprise entre 10 et 400m2, c’est 10m2 par client, enfin, dans un commerce de plus de 400m2, c’est 75% de la capacité d’accueil.
  • La jauge de 75% de la capacité d’accueil est appliquée à tous les autres établissements recevant du public (restaurants, cinémas…).
  • Dans tous les lieux de restauration, les tablées sont limitées à six personnes.
  • Les concerts debout sont interdits depuis le 3 janvier pour une durée de trois semaines.
  • Les activités de danse récréatives sont interdites dans tous les établissements recevant du public.
  • Les discothèques sont fermées au moins jusqu’au 24 janvier.
  • Dans tous les espaces naturels (plages, rivières…), les pique-niques sont interdits.
  • Le port du masque est obligatoire dès 11 ans partout en extérieur et sur la voie publique.
  • Le télétravail est obligatoire trois jours par semaine lorsque cela est possible.

Mayotte 

  • A compter du 9 janvier, un couvre-feu qui s’étendra de 20h à 5h sera mis en place. A la même date, la jauge dans les commerces sera abaissée à 50% de la capacité d’accueil et 4m2 par personne.
  • Le port du masque est obligatoire dans l’espace public urbanisé.
  • Le télétravail est obligatoire trois jours par semaine lorsque cela est possible.
  • Les rassemblements de plus de six personnes sont interdits dans l’espace public.
  • Interdiction des manzarakas et des voulés.
  • Interdiction de la consommation debout dans les cafés et les bars.
  • Jauge de six personnes attablées maximum dans les restaurants.
  • Interdiction du sport en intérieur.
  • La jauge d’accueil dans les mosquées est fixée à 75% de leur capacité.

Nouvelle-Calédonie :

  • Les rassemblements de plus de 30 personnes sont interdits.
  • Le port du masque est obligatoire dès 11 ans en extérieur.
  • Le télétravail est privilégié lorsque cela est possible.
  • Le pass sanitaire est nécessaire pour aller au restaurant, au cinéma, au musée, à la salle de sport, en discothèque…

Wallis-et-Futuna :

  • Seul le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans à bord des aéronefs en provenance ou à destination des îles de Wallis-et-Futuna.
  • Toutes les personnes en contact avec le monde extérieur, ceux qui travaillent à l’aéroport ou sur les docks, doivent se faire depister sept jours après avoir eu un contact avec des passagers, du fret ou des membres d’équipage.

Polynésie

  • Le pass sanitaire est en place depuis le 1er décembre.
  • Les rassemblements extérieurs sont autorisés jusqu’à 100 personnes.
  • Le port du masque est toujours obligatoire, mais uniquement en intérieur.
  • Dans les bars et restaurants, huit personnes maximum par table sont autorisées, une distance d’un mètre entre chaque table doit être respectée.
  • Dans les commerces, la jauge est fixée à 4m2 par client tout comme dans les musées.

Saint-Pierre-et-Miquelon :

  • Mise en place prochainement du pass sanitaire pour l’hôpital, la maison de retraite, les salles de sport, les salles de spectacles, ainsi que pour les bars et restaurants.
  • Le masque pour les enfants est obligatoire dans les cours de récréation dès six ans.
  • Le télétravail est recommandé lorsque cela est possible.

Une application du pass vaccinal décalée pour les Outre-mer   

Le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et modifiant le code de la santé publique a été adopté très tôt le matin du 6 janvier. Ce dernier prévoit notamment le passage du pass sanitaire au pass vaccinal. Ainsi, seules les personnes vaccinées pourront continuer à accéder à certains lieux (restaurants, musées…). Or, devant le retard de vaccination dans les Outre-mer par rapport à l’Hexagone, un amendement permettra "d’adapter les conditions de mise en œuvre fixées au niveau national lorsque les circonstances l’exigent".

Etat des lieux de la vaccination en Outre-mer

Pourcentage de la population vaccinée pour chaque territoire ultramarin :

  • La Réunion : 59% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 3 janvier 2022
  • Mayotte : 44% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 4 janvier 2022.
  • Nouvelle-Calédonie : 64,65% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 6 janvier 2022. Rappelons que le Congrès de la Nouvelle-Calédonie a instauré une obligation vaccinale.
  • Wallis-et-Futuna : 55,5% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 6 janvier 2022.
  • Polynésie : 59% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 3 janvier 2022.
  • Saint-Pierre-et-Miquelon : 80% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 3 janvier 2022.
  • Saint-Martin : 35% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 4 janvier 2022.
  • Saint-Barthélémy : 62% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 4 janvier 2022.
  • Guadeloupe : 35% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 4 janvier 2022.
  • Martinique : 35% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 3 janvier 2022.
  • Guyane : 28% de la population possède un schéma vaccinal complet (deux doses) au 5 janvier 2022.

Dans l’Hexagone, 77% de la population possède un schéma vaccinal complet au 6 janvier 2022.

[Les chiffres les plus récents ont été pris pour chaque territoire, ce qui explique la différence de date entre certains]