Second tour des Municipales en Guyane et à Mayotte: le conseil scientifique évoque "des risques particulièrement élevés"

coronavirus
Municipales 2020 : urne
©CL
Le conseil scientifique a transmis dimanche 14 juin au gouvernement un avis concernant l'organisation du second tour des élections municipales en Hexagone et Outre-mer. Pour ce second tour prévu le 28 juin, les experts évoquent pour la Guyane et Mayotte "des risques particulièrement élevés".
Le second tour des élections municipales doit avoir lieu partout en France le 28 juin prochain. Dans cette perspective et en raison de la crise sanitaire, le gouvernement a pris l'avis du conseil scientifique. Cet avis a été transmis au gouvernement le dimanche 14 juin. Si le conseil n'émet pas d'inquiétude particulière pour une organisation du second tour dans l'Hexagone et la plupart des territoires d'Outre-mer le 28 juin, son avis est très différent pour Mayotte et la Guyane où le virus circule toujours activement :

Concernant plus spécifiquement la situation à Mayotte et en Guyane, le Conseil scientifique attire l’attention des autorités publiques sur l’importance des risques particulièrement élevés associés notamment à la campagne électorale qui précéderait le scrutin, dans un contexte de niveau de vulnérabilité et de circulation du virus élevé. Il appartient de même aux autorités publiques de choisir les dispositions qu’elles décident de mettre en oeuvre dans ces territoires, avec une vigilance particulière.

Conseil scientifique, 14 juin 2020

 

Et maintenant ?

L'avis du conseil scientifique n'est que consultatif. C'est une aide à la décision pour le gouvernement qui va donc devoir trancher. Le sénateur de Guyane Georges Patient estime, sur Twitter, que le gouvernement doit "en tenir compte, et vite".


Le projet de loi concernant le second tour des élections municipales prévoit des possibilités de l'annuler localement en cas de foyers de contamination ("clusters") par décret. Dans un communiqué, le Sénat précise que le texte adopté par le Parlement, "Compte tenu de la situation sanitaire en Guyane et à Mayotte, permet à l’exécutif d’annuler le scrutin dans un nombre limité de communes « clusters », après avis circonstancié du conseil scientifique et information du Parlement." En clair, c'est maintenant au gouvernement de trancher sur l'organisation de ce second tour à Mayotte et en Guyane. 

Retrouvez ici l'avis intégral du conseil scientifique :

Avis Conseil scientifique 14 juin 2020


 

Quelle situation sanitaire à Mayotte et en Guyane?

Hier, dimanche 14 juin, le chef de l'Etat a annoncé que Mayotte et la Guyane sont désormais les seuls territoires français en zone orange, car le virus y circule encore activement. 

En Guyane, la barre symbolique des 1000 cas de coronavirus a été franchie la semaine dernière. Ce lundi 15 juin, on dénombre selon les autorités sanitaires 1326 cas de coronavirus, soit 71 cas supplémentaires en 24 heures. 52 personnes sont hospitalisées dont 8 en réanimation. 

Mayotte est le territoire ultramarin qui connait le plus grand nombre de cas. Il totalise à lui seul près de la moitié des contaminations et des décès recensés dans l'ensemble des Outre-mer depuis l'apparition de l'épidémie. Dimanche 14 juin, le bilan de l'Agence Régionale de Santé faisait état de 2298 cas, soit 16 cas supplémentaires en 24 heures. 45 malades sont hospitalisés dont 13 en réanimation. 29 personnes sont mortes du coronavirus.
  

Ce qu’en pensent les élus locaux


Les élus des deux départements ont des points de vue divergents sur la question. En Guyane, sept communes doivent encore élire leur maire. Le président de la collectivité territoriale Rodolphe Alexandre a adressé un courrier à Édouard Philippe le 10 juin pour demander un report du second tour. Il estime qu’il est “difficilement envisageable de maintenir le second tour des élections municipales à la date du 28 juin prochain en Guyane”, compte tenu de l’épidémie de Covid-19 qui connait une “phase de croissance quasi-exponentielle”.
 
Le lendemain, cinq candidats dans quatre communes ont co-signé une lettre à destination du Premier ministre et au préfet du département pour demander à leur tour un report de l’élection.

À Mayotte en revanche, où seize communes n’ont pas élu leur maire au premier tour, le député LR Mansour Kamardine considère qu’il n’y a “aucune raison” de reporter le second tour. Il estime que "les organisateurs du scrutin sont parfaitement à même de faire respecter les consignes de sécurité sanitaire".
 
Pour faire face aux mesures sanitaires, les campagnes électorales mahoraises se passeront principalement sur internet.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live