Coronavirus : le point sur la situation épidémique dans les Outre-mer

coronavirus
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus ©Imaz Press
Alors que le président de la République Emmanuel Macron doit s'exprimer ce lundi, l'épidémie de Covid-19 s'accélère en Martinique et à La Réunion. Elle ralentit en Guadeloupe, à Mayotte et en Guyane. La couverture vaccinale reste très variable d'un territoire à l'autre.

Couverture vaccinale, propagation des variants... Emmanuel Macron doit faire une allocution ce lundi à 20h heure de Paris. Le président de la République fera le point sur la pandémie de Covid-19, alors que la situation s'est dégradée dans l'Hexagone ces dernières semaines. Où en est-on en Outre-mer ? On fait le point, territoire par territoire.

Une couverture vaccinale inégale

La situation se dégrade en Martinique et à La Réunion. L'épidémie ralentit en Guadeloupe, à Mayotte et en Guyane. La situation reste stable en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie, à Wallis et Futuna et à Saint-Pierre et Miquelon.

La couverture vaccinale est très inégale selon les territoires : en Guyane, seul 12,83% de la population a un schéma vaccinal complet, contre plus de 76% à Saint-Pierre et Miquelon. 

Diminution des cas en Guadeloupe

Si la circulation virale est toujours active, le nombre de nouveaux cas diminue légèrement en Guadeloupe. 112 cas ont été recensés sur le territoire entre le 28 juin et le 4 juillet. C’est moins que la semaine précédente, où 134 cas avaient été dépistés. Le taux d’incidence est de 33 pour 100 000 habitants.  

Les capacités des services de réanimation sont "revenues à leur niveau habituel", selon l’Agence régionale de santé (ARS).  Le variant Alpha -anciennement appelé variant "anglais"- est majoritaire sur le territoire. Un cas de variant Delta -ou "indien"- a été détecté lundi 5 juillet. Il s’agit du 7e cas enregistré sur le territoire.

En Guadeloupe, 23% de la population majeure a reçu au moins une injection.

Le variant Alpha est majoritaire à Saint-Martin, où 32 % des plus de 18 ans ont reçu au moins une injection, et à Saint-Barthélemy, où 62,57 % de la population majeure a reçu au moins une dose. 

Bien que très active, l’épidémie ralentit en Guyane

Le taux d’incidence en Guyane était de 185 pour 100 000 habitants la semaine du 28 juin au 4 juillet. Cela représente une baisse de 22% par rapport à la semaine précédente. De même le nombre d’hospitalisations est en nette baisse : il est passé de 90 à 60 sur la même période. Les admissions en réanimation restent stables.

Les mesures sanitaires s'allègent à partir d'aujourd'hui, lundi 12 juillet. Les restrictions ne sont pas allégées à Saint-Laurent du Maroni et Mana, où les taux d’incidence sont encore très élevés.

Le variant Gamma -ou "brésilien"- est largement majoritaire en Guyane : il représente près de 90% des cas selon l’ARS. Aucune suspicion de variant Delta n’a été rapportée sur le territoire.

Le nombre de vaccinés demeure faible : seulement 12,83% de la population, soit 35 705 personnes, a un schéma vaccinal complet.

Explosion des cas en Martinique 

Le taux d’incidence, de 114 cas pour 100 000 habitants, est supérieur au seuil d’alerte. Surtout, il est en très forte augmentation. Le taux d'incidence n’était que de 30 pour 100 000 habitants il y a deux semaines. Le taux de positivité dépasse lui aussi le seuil de vigilance (fixé à 5%), et s'établit 6,8 %. Face à l’augmentation des cas, de nouvelles mesures sanitaires ont été annoncées en fin de semaine dernière

Quatre patients sont hospitalisés en réanimation sur le territoire, où le variant Alpha est majoritaire. 

Au 29 juin, 56 173 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19, soit 17% des plus de 12 ans. 12,6% des Martiniquais, soit 45 178 personnes, ont reçu deux doses.

Faible couverture vaccinale à Mayotte

La situation épidémique est sous contrôle à Mayotte. Le taux d’incidence est de 5,4 pour 100 000 habitants, un niveau en dessous du seuil d’alerte. 15 nouveaux cas ont été déclarés du 28 juin au 4 juillet selon l’ARS.

Néanmoins, les autorités s’inquiètent d’une potentielle reprise épidémique au vu de la très faible couverture vaccinale sur le territoire. 12,5% des Mahorais sont complètement vaccinés, et 17,8% de la population a reçu une dose de vaccin. En comparaison, au niveau national ces chiffres sont respectivement de 52,2% et de 37,8%.

Aucun nouveau cas en Nouvelle-Calédonie

Le dernier point sanitaire, datant du dimanche le 11 juillet, ne rapporte aucun nouveau cas de coronavirus en Nouvelle-Calédonie, qui pratique une stratégie dite "zéro covid", avec des mesures sanitaires particulièrement strictes. 530 personnes sont en quarantaine dans des hôtels.

Du côté de la vaccination, 62 762 personnes ont reçu une première injection sur le Caillou. 19,5% de la population calédonienne a reçu deux injections.

À La Réunion, l'épidémie repart à la hausse

Entre le 28 juin et le 4 juillet, le taux d’incidence était de 157 pour 100 000 habitants. Le 9 juillet, le préfet de La Réunion, Jacques Billan, indiquait que la capacité en réanimation était occupée à 90%. Le pic de l'épidémie serait attendu pour la fin juillet.

Le variant Beta -ou "sud-africain"- représente la majorité des cas sur le territoire, mais le variant Delta progresse. L'ARS évoque une "présence préoccupante dans l'île" de ce variant. Trois clusters liés au variant Delta ont été identifiés à La Réunion.

A l’heure actuelle, 28,2% de la population réunionnaise a reçu une première injection de vaccin contre le coronavirus. 22,5% des Réunionnais ont un schéma vaccinal complet, c’est-à-dire qu’ils ont reçu deux injections, ou une seule s’ils ont contracté la maladie ces derniers mois. 

Situation épidémique stable en Polynésie

Le taux d’incidence est en dessous du seuil d’alerte, avec 6 cas pour 100 000 habitants au cours de la semaine du 28 juin au 4 juillet. 16 nouveaux cas ont été confirmés cette semaine. Sur ces 16 cas, deux étaient positifs au variant Delta.

27 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin, mais ce chiffre grimpe à 72 % chez les plus de 75 ans. 23,4% de la population a reçu deux doses.

Couverture vaccinale importante à Saint-Pierre et Miquelon

Du 28 juin au 4 juillet, 223 personnes ont été testées et aucun nouveau cas n’a été enregistré à Saint-Pierre et Miquelon.

Sur l’archipel, 76,6% de la population a reçu deux injections, et près de 83% de la population a reçu une première injection. 145 jeunes âgés de 12 à 17 ans ont reçu la première dose du vaccin en début de semaine dernière.

Wallis et Futuna : pas de cas et une campagne vaccinale qui progresse

Aucun nouveau cas de covid-19 n'a été détecté à Wallis et Futuna depuis le 26 avril dernier.

55,6% de la population vaccinable a reçu une première injection. 40,9% de la population globale a un schéma vaccinal complet.