En Nouvelle-Calédonie, la stratégie zéro Covid de plus en plus remise en question

coronavirus
Vaccination, anti-Covid-19, personnel de santé, seringue, avril 2021
Dans un centre de vaccination calédonien, avril 2021. ©NC la 1ere
En Nouvelle-Calédonie, un des seuls territoires relativement épargnés par le Covid-19, les mesures sanitaires pourraient être assouplies face aux difficultés économiques et juridiques que les restrictions engendrent.

Exempte de Covid-19 grâce à un strict contrôle de ses frontières, la Nouvelle-Calédonie pourrait assouplir sa stratégie "avec une extrême vigilance", face aux difficultés économiques et juridiques que pose désormais cette mise sous cloche. "C'est vrai que les gens commencent à s'impatienter (...) mais j'ai le sentiment qu'avec ce fameux variant Delta nous devons être extrêmement vigilants", a mis en garde lundi sur la radio RRB Thierry Santa, président du gouvernement local.

Le Caillou épargné par la pandémie

A quelque 18.000 kilomètres de la Métropole, la Nouvelle-Calédonie est un des rares territoires de la planète à avoir échappé à la pandémie de Covid-19: zéro décès, 129 cas en quasi-totalité détectés en quatorzaine. 

À l'exception des deux confinements, en mars 2020 et mars 2021, les 270.000 habitants du Caillou n'ont jamais cessé de se faire la bise ou d'aller au restaurant.

L'État débloque 82 millions d'euros

Pour se protéger, l'archipel très autonome a drastiquement réduit sa desserte aérienne (un vol passager hebdomadaire Paris-Nouméa) et a imposé à tout arrivant, qui doit justifier d'un motif impérieux, une quatorzaine en hôtel, nécessitant un test PCR négatif pour en sortir.

Fin avril, ce sas a été assoupli à une septaine, uniquement pour les personnes vaccinées avec Moderna ou Pfizer/BioNtech et sous réserve à l'issue de cet isolement d'un test PCR négatif et d'une sérologie (prise de sang) positive aux anticorps du Covid. Pour financer ce coûteux protocole, l'Etat vient d'accorder une aide de 82 millions d'euros à la Nouvelle-Calédonie, dont les finances publiques sont exsangues.

Santa et lecornu
Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, rencontre Thierry Santa, lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie, en octobre 2020. ©Laura Schintu

Alors que les restrictions s'allègent en Métropole, en dépit des inquiétudes liées au variant Delta, de plus en plus de voix s'élèvent dans l'archipel pour réclamer un desserrement de l'étau.

"Au bout de l'exercice"

Président de la commission médicale d'établissement de l'hôpital territorial, Thierry de Greslan a averti que "18 à 20% des médecins envisageaient de quitter définitivement le territoire", en raison de la fermeture des frontières qui génère des "situations personnelles compliquées", a-t-il déclaré, jugeant la situation "alarmante".

"En cardiologie, depuis un an, nous n'avons plus que 9 médecins sur 12. Parmi eux, cinq vont partir d'ici la fin de l'année. Or, nous assurons l'ensemble des urgences cardiologiques du territoire, avec un infarctus par jour",

Thierry de Greslan

Plusieurs autres services sont menacés. Les acteurs économiques, dont l'activité pâtit de l'impossibilité de faire venir techniciens ou formateurs de l'extérieur, sont du même avis. "On ne dit pas qu'il faut rouvrir les frontières demain, mais les autorités doivent dire dans quelles conditions elles vont rouvrir. Nous sommes au bout de l'exercice", a expliqué à l'AFP Xavier Benoist, président de la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie.

Sur le plan légal, le dispositif risque en outre de ne plus tenir à partir du 30 septembre, date de la levée de l'état d'urgence sanitaire national. "On était déjà limite en ne laissant pas aux arrivants le choix du lieu de la quarantaine, mais quand l'état d'urgence sera levé, il n'y aura plus de base constitutionnelle à cette stratégie", a confié un avocat.

22% de la population est vaccinée

Selon plusieurs experts calédoniens, la situation met en lumière les revers de la stratégie "zéro Covid", qui a créé des bulles, extrêmement difficiles à rouvrir, faute notamment de couverture vaccinale."Nous ne pourrons pas rester éternellement en dehors du monde et le seul moyen est que les gens se vaccinent. A chacun de prendre sa responsabilité", a une nouvelle fois exhorté Thierry Santa, alors que les initiatives se multiplient pour inciter à la vaccination.

Environ 22% de la population est actuellement vaccinée. Le chef de l'exécutif, qui pourrait annoncer dans la semaine une réduction de la septaine, espère "atteindre une immunité collective fin 2021 et une ouverture des frontières début 2022". Il entend toutefois conserver la prudence comme ligne de conduite. D'une part, parce que M. Santa (droite non indépendantiste) est depuis le 17 février à la tête d'un gouvernement qui n'est pas de plein exercice, en raison de l'incapacité de la nouvelle équipe élue, à majorité indépendantiste, à désigner un président. Et parce que la tenue le 12 décembre du troisième et dernier référendum sur l'indépendance du territoire comporte suffisamment de risques politiques pour ne pas y ajouter un péril sanitaire.