DOCU. Enseigner le créole au lycée : cahier d'un retour en langue natale

éducation
Tony Mango, unique enseignant de créole dans l'Hexagone, a obtenu sa mutation en Guadeloupe. À trois mois de son départ, il n’a toujours pas trouvé de remplaçant. Qui lui succèdera au lycée après son départ ? Le créole sera-t-il encore enseigné à la rentrée prochaine ?

Ce documentaire dépeint les rapports complexes de toute une génération d'Antillais avec le créole, l’une des langues les plus récentes du globe.

Se reconnecter à ses origines

Ils sont nés dans l'Hexagone mais sont originaires de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils passent leurs vacances aux Antilles. S’ils revendiquent fièrement leurs origines et leur culture, ils portent en eux une blessure personnelle, une plaie à l’orgueil : ils sont les héritiers d’une langue qu’ils ne parlent pas. Cette situation les prive d'une communication avec leurs familles et les empêche de vivre pleinement leur créolité. Chez beaucoup d’entre eux, la transmission du créole d’une génération à une autre ne s’est faite que partiellement, voire pas du tout. Bien que son statut ait évolué, le créole peut être encore perçu comme un frein possible à l’ascension sociale. Cette langue n’est que rarement employée dans un cadre officiel ou professionnel et pas toujours la bienvenue dans certaines familles. Pour pallier ce manque, des étudiants ont décidé de se retrousser les manches et de s’atteler à l'apprentissage du créole.

Enseigner le créole : l'engagement de Tony Mango

Cahier d'un retour en langue natale
Tony Mango et ses éléves au lycée Léon-Blum de Créteil ©13 Productions

Tony Mango, professeur engagé et dévoué, a ouvert en 2008 le premier cours de créole au lycée Léon-Blum à Créteil. À l'origine enseignant d'anglais, il décide d'abandonner la langue de Shakespeare pour se consacrer entièrement au créole et ainsi partager sa culture avec ses élèves. Sa vie témoigne d’un engagement : faire reconnaître cette langue et la rendre accessible aux Antillais de l'Hexagone. Cette victoire fragile est aujourd’hui remise en cause par son départ. Une situation qui illustre l’importance majeure que constitue la langue au sein de l’identité antillaise... Ici et là-bas. 

Réalisation : Pascal Auffray
Production : 13 Productions, avec la participation de France Télévisions
Durée : 52 min 
© 2021