publicité

Scarlet Gruber alias Andrea del Junco : l'interview

Scarlet Gruber joue Andrea del Junco, une femme froide et volontaire dans Terre de passions.

Extraits de l'interview de l'actrice pour le journal "El nuevo Herald", depuis son appartement de Miami qu'elle partage avec son chien Tobias, elle parle de son dernier tournage et de sa carrière.

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le , mis à jour le
La jeune femme a débuté sa carrière d’actrice lorsque ses rêves de danseuses ont été anéantis. 
Mais Scarlet, fille d’Astrid Gruber et de Gabriel "El Chamo" Fernandez a si bien réussi devant les caméras et sur scène que cela est devenu une véritable passion.
L’actrice  vénézuélienne de télénovela, élevée à Miami, a une belle expérience dans le théâtre et en tant que modèle. Elle est apparue dans des publicités et des vidéos musicales d'Elvis Crespo, El Cata, Cris Cab et Issa Galada.


©


Quelle est l’intérêt principal de Terre de passions ?
 
L'amour sous toutes ses formes. Dans mon histoire, l'amour entre Andrea et Samuel (Christian de la Campa) naît lorsqu’elle s’y attend le moins et l'oblige à ravaler sa fierté.
 
C’est la première fois que vous travaillez avec Christian ...
 
Je ne pouvais pas demander meilleur partenaire. Christian est extrêmement talentueux et discipliné. Je pense que nous avons établi une très belle alchimie qui va se voir à travers les écrans.
 
Qu'est-ce qui vous change des autres rôles que vous avez joué?
 
J’ai donné vie à des personnages tendres, doux et malicieux, avec des personnalités similaires à la mienne. Mais Andrea m'a fait sortir de ma zone de confort et m'a fait partagé l'expérience de ce que signifie être une femme froide, rigide avec une forte volonté. Mon plus grand défi a été de faire face à un caractère très spécifique.
 
Où enregistrez-vous habituellement?
 
La plupart de mes scènes sont réalisées sur un ranch dans le Weston que j’aime. Il y a de beaux paysages, un lac, du rodéo et de nombreux chevaux. Cela me détend pour enregistrer dans le milieu de la nature.
 
Avez-vous pesé l'influence de vos parents dans votre décision d'être comédienne ?
 
Je porte l'art dans le sang. J’ai toujours été sûre que mon avenir serait dans le monde de l'art. Cependant, la performance n'a pas toujours été dans mes plans.
 
Vous rêviez de devenir danseuse...
 
Je suis diplômée de Miami City Ballet et l'École du Nouveau Monde des Arts; et après avoir subi des blessures à la cheville, je devais prendre ma retraite.
 
Qu'est-il arrivé ensuite?
 
A 18 ans, j’ai commencé à assister à des cours de théâtre au Venezuela, et je suis tombée amoureuse du métier d’actrice. Depuis, j’ai continué dans la profession.
 
Votre formation est variée ...
 
Au Venezuela, mon premier professeur de théâtre était Nelson Ortega Luz du Columba Théâtre. Il est non seulement mon guide, mais aussi mon parrain. Puis j’ai continué ma formation à Miami avec Aquiles Ortega, qui aide à surmonter les peurs. J’ai également eu l'honneur de m’entraîner avec  de grands acteurs comme Adriana Barraza et Sebastián Ligarde.
 
Dites-nous en un peu plus sur votre vie personnelle ...
 
Je suis arrivé à Miami à l'âge de 8 ans. Et même si je suis américaine, je ne n'ai jamais perdu de vue mes racines vénézuéliennes. Je suis une personne très attachée à la famille et j’ai un esprit un peu "vieille dame". J’aime être à la maison, en écoutant de la musique, lire et me promener dans le parc en face de mon immeuble. Quand je n’enregistre pas, je rends visite à ma famille, je prends des cours de danse et je partage de bons moments avec mes amis.
 
Qu’est-ce qui vous donne envie d’aller de l'avant ?
 
Ma mère m’a inspiré et continue de m’inspirer. Elle est mon modèle. Elle est non seulement une grande actrice, mais elle m'a aussi appris ce que signifie être un professionnel dans cet environnement.



Source "El nuevo Herald" interview de ARTURO ARIAS-POLO
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play