“Exode massif des jeunes” et “chômage record des seniors”, le député Jean-Philippe Nilor alerte sur la situation en Martinique

gouvernement
Intervention Nilor
Le député Jean-Philippe Nilor, au cours des questions au Gouvernement à l'assemblée nationale ©Assemblée nationale
Lors de la session de questions au gouvernement du mardi 8 décembre, le député de la 4e circonscription de Martinique Jean-Philippe Nilor a alerté le gouvernement sur la situation sanitaire, des jeunes et des seniors sur son île. Il demande à l’Etat d’agir.
Monsieur le Premier ministre, prendrez-vous enfin les mesures fortes et courageuses permettant le retour et l’emploi au pays des forces vives ?”, a questionné le député de la 4e circonscription de la Martinique Jean-Philippe Nilor ce mardi lors des questions au gouvernement. Les forces vives, désignées par le député Nilor sont les jeunes martiniquais qui partent, chaque année, étudier et travailler  dans l’Hexagone, à défaut de pouvoir suivre une formation universitaire et professionnelle en Martinique. 

Nous subissons une véritable exsanguination du peuple martiniquais avec les départs sans retour de tous ces jeunes en quête de formation et d’emploi”, a renchéri le député. 

C’est une spécificité antillaise grave”, a reconnu le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, en réponse au parlementaire. Selon le ministre, le projet de loi de finances de 2021 contient des mesures qui pourraient répondre aux interrogations formulées.
 

Chômage des seniors  et accès à l’eau potable

En plus de la fuite des cerveaux martiniquais, Jean-Philippe Nilor a rappelé que “36% des 55 000 chômeurs ont plus de 45 ans”, mettant ainsi en avant le chômage des seniors. Comme le rappelle le député, la Martinique est à ce jour le territoire le plus touché par le chômage des seniors. 
Sébastien Lecornu a répondu en garantissant que le gouvernement allait “être à la hauteur sur les grands défis qui attendent le territoire”. Le ministre a également assuré que le défi sanitaire qui concerne l’accès à l’eau potable serait pleinement pris en considération.Comment ne pas citer la question de l’eau dans votre territoire, ou en Guadeloupe… Comment un jeune peut de bon coeur revenir au pays s’il sait qu’un certain nombre de fonctions vitales du service public peuvent être en défaut ?”, a lancé Sébastien Lecornu, assurant qu’il allait “accélérer sur la question”. 
 

Pas de quotas dans la fonction publique 

Alors que Jean-Philippe Nilor demande le recrutement exclusif de cadres originaires des Antilles au sein de l’administration française en Martinique, le gouvernement se refuse à mettre en place un système de quota qui pourrait encadrer une telle disposition. “C’est une des limites qu’il ne faut pas franchir”, a fait savoir le locataire du 27, rue Oudinot.

Le ministre des Outre-mer a aussi annoncé que la transparence dans le recrutement des cadres de la fonction publique ne serait pas remise en cause. 
 

Le plan pauvereté adapté aux territoires ultramarins

Nous serons amenés à travailler ensemble prochainement parce que je souhaite adapter le plan pauvreté à vos territoires”, a également annoncé le ministre des Outre-mer lors de sa réponse au député martiniquais. 

Annoncée en septembre 2018 par le gouvernement, la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, dotée d’un budget de 8,5 milliards d’euros, doit notamment réduire les inégalités et garantir la formation des plus précaires. 
 

Regardez l’intervention du député Jean-Philippe Nilor à l’Assemblée nationale et la réponse de Sébastien lecornu :