Fabrice di Falco : "J'ai grandi dans une Martinique qui a su me comprendre" [#MaParole]

portraits
Fabrice di Falco #MaParole
©Julien Leleu

Sa voix a fait le tour du monde. Sopraniste reconnu, le Martiniquais Fabrice di Falco consacre aujourd’hui beaucoup de son temps au concours Voix des Outre-mer qu’il a créé. La finale sera rediffusée ce soir sur culturebox. En attendant, écoutez Fabrice di Falco dans #MaParole.

Fabrice di Falco aime jouer avec les mots et en particulier celui de "voix". Il se plait ainsi à dire qu’il a trouvé "sa voie" qui est devenue "sa voix". C’est en Martinique que tout a démarré. Enfant, Fabrice di Falco aimait la musique et le carnaval. Grâce à une rencontre avec Barbara Hendricks en 1992, il a compris qu’il avait peut-être un réel un talent pour le chant lyrique. Avec du travail, la vocation s’est confirmée.

 

#1 Farinelli et Barbara Hendricks

►Fabrice di Falco 1/3

Natif de la Martinique, Fabrice di Falco est le fruit d’une rencontre entre un Italien et une Martiniquaise. Fils unique, il a vécu pendant 18 ans sur l’île de sa mère qui a eu l’opportunité de trouver un travail dans les statistiques, son domaine. En revanche, son père n’a pas pu travailler dans le secteur bancaire en Martinique et a préféré repartir à Paris.

"Dès ma naissance, j’ai fait des allers-retours entre Paris et la Martinique", s’amuse aujourd’hui Fabrice di Falco qui enfant se voyait bien devenir stewart. Le sopraniste garde des souvenirs émus de cette "île magique, cette Martinique qui a su le comprendre", lui, "un homme avec une voix aigüe et des traits féminins".

Fabrice di Falco
Fabrice di Falco ©DR

Dans le premier épisode de #MaParole, Fabrice di Falco raconte son amour du carnaval, son impatience avant le mois de février. "Je suis un féru de carnaval", dit-il. "L’opéra est un grand carnaval. J’adore danser, j’adore le rythme. J’ai aimé le travestissement, la culture du costume, l’excentricité".

En Martinique, Fabrice di Falco n’a pris aucun cours de chant. C’était alors un autodidacte pur. Il regardait avec grand intérêt les émissions Musiques au cœur d’Eve Ruggieri. Et en 1992 sa rencontre avec Barbara Hendricks, la chanteuse d’opéra qui était venue se produire en Martinique, a été déterminante. Elle lui a donné des ailes.

Par la suite à Paris, il fait la connaissance de Gérard Corbiau le réalisateur de Farinelli. Ce film sorti en 1994 raconte l’histoire d’un castrat italien du 18e siècle; un long-métrage qui a bien aidé Fabrice di Falco à lancer sa carrière. Le chanteur à la voix si singulière a d'ailleurs été invité par Gérard Corbiau à assister à la première de Farinelli. 

 

#2 Manu Dibango, le parrain

► Fabrice di Falco 2/3

Après le baccalauréat, Fabrice di Falco a suivi les conseils de Barbara Hendricks. Il est entré au conservatoire de Boulogne-Billancourt et a suivi les cours de Liliane Mazeron. Cette professeure est devenue un peu "sa deuxième maman" car Fabrice di Falco avait bien du mal à s’adapter au froid parisien et à la solitude. "Quand j’ai quitté la Martinique en 1994, c’était un déracinement", dit-il encore. 

Mais l’apprentissage au conservatoire se déroule au mieux. Fabrice di Falco termine son cursus avec un Premier prix et entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Sa carrière débute ensuite grâce à une rencontre étonnante, celle de Thomas Bloch et ses instruments rares tel que le glass harmonica ou harmonica de verre, "un instrument qui rend fou". Puis il chante dans le monde entier notamment à Oman où le sultan l’accueille "si bien". Fabrice di Falco se souvient aussi du Teatro Colon à Buenos Aires où il a interprété le roi Oberon dans Le songe d’une nuit d’été de Benjamin Britten.

Manu Dibango et Fabrice di Falco
Manu Dibango et Fabrice di Falco ©DR

Dans le deuxième épisode de #MaParole, Fabrice di Falco évoque aussi son ami Manu Dibango, l’une des premières personnalités morte du Covid 19, le 24 mars 2020. Fabrice di Falco avait joué en première partie du concert du célèbre saxophoniste à l’Olympia en 2001.

Manu Dibango, Fabrice di Falco et Julien Leleu
Manu Dibango, Fabrice di Falco et Julien Leleu ©DR

 

#3 Voix des Outre-mer

► Fabrice di Falco 3/3

Avec le contrebassiste Julien Leleu, président de l’association les Contre Courants, Fabrice di Falco a créé en 2017 le concours Voix des Outre-mer. Depuis cette date, le sopraniste sillonne les Outre-mer à la recherche de nouveaux talents lyriques. Un travail colossal. Peu à peu, le concours s’étoffe, des lauréats s’imposent dans d’autres programmes tels que Prodiges ou tout récemment les Victoires de la musique classique.

Par ailleurs, le sopraniste a aussi lancé un nouveau festival culturel à Saint-Pierre de la Martinique dénommé Filao. Lors de sa dernière édition en décembre 2020, Livia Louis Joseph Dogué, lauréate du concours Voix des Outre-mer, a rendu hommage à la cantatrice martiniquaise Christiane Eda-Pierre, décédée le 6 septembre 2020. Fabrice di Falco entend ainsi accompagner toute une nouvelle génération de chanteurs lyriques des Outre-mer.

►Le concours Voix des Outre-mer 2021 sera rediffusé ce mardi 23 mars sur culturebox suivi d’un documentaire sur Fabrice di Falco. L’Opéra Akhnathen de Philip Glass dans lequel le chanteur tient le rôle-titre est toujours en ligne ici. Les représentations à l’Opéra de Nice doivent reprendre en octobre 2020.

Fabrice di Falco est le pharaon Akhenaton
©D.Jaussein

Prise de son : Bruno Dessommes.

Pour retrouver tous les épisodes de #MaParole, cliquez ici.  

♦♦ Fabrice di Falco en 5 dates ♦♦♦

►31 décembre 1974

Naissance en Martinique à Fort-de-France.

►Janvier 2004

Opéra Les Nègres de Michael Levinas à l'opéra de Lyon. 

►24 avril 2017

Chevalier de la légion d'honneur. 

►2018

Lancement du Concours Voix des Outre-mer

►Septembre 2020

Akhnaten de Philippe Glass à l'Opéra de Nice.