outre-mer
territoire

De la Guyane à la Polynésie, forte mobilisation en Outre-mer contre la réforme des retraites

social
grève du 5 décembre outre-mer
©DR
Dans toute la France, de nombreux rassemblements et manifestations ont eu lieu jeudi 5 décembre, en réponse à l'appel des syndicats à se mobiliser contre la réforme des retraites. En Outre-mer, la grève a été très suivie.
Le syndicat CGT a annoncé plus d'un million et demi de manifestants dans toute la France, le ministère de l'Intérieur en a comptabilisé de son côté 806 000, pour cette première journée de grève. Pour rappel, neuf organisations syndicales ont appelé à une grève illimitée en France contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement (voir encadré). 
 

Surprise à La Réunion

À La Réunion, les forces de l'ordre et même les syndicats se sont laissés surprendre par la mobilisation à Saint-Pierre. 1500 personnes ont marché dans les rues de la ville alors que les gilets jaunes avaient simplement appelé à un rassemblement, la préfecture attendant jusqu'à 800 personnes. 
 
Manif 5 décembre St-Pierre
©Loïs Mussard

Dans une ambiance calme et "bon enfant", les citoyens ont marché aux côtés des syndicats, des partis politiques et des gilets jaunes. Selon l'Académie de La Réunion, 51% du corps enseignant était en grève ce jeudi 5 décembre. 
 

"Du jamais vu"

Non loin de La Réunion, à Mayotte, un cortège s'est également formé pour protester contre la réforme des retraites. Dans une vidéo postée par un journaliste installé dans l'île, on voit des centaines de personnes marcher à Kaweni et Mamoudzou, "dans la bonne humeur". Des syndicats policiers ont même rejoint les manifestants sous leurs applaudissements. "Je n'ai jamais vu ça en 4 ans de couverture de mouvements sociaux", note Cyril Castelliti dans un tweet. 
   

Inquiétude à Saint-Pierre et Miquelon

De l'autre côté du globe, à Saint-Pierre et Miquelon, les habitants ont répondu à l'appel à manifester. Plus de 150 personnes ont marché sous la pluie dans les rues de Saint-Pierre, aux côtés du sénateur de l'archipel, Stéphane Artano. Ce dernier a interpellé le gouvernement afin de connaître sa position sur le régime des retraites de Saint-Pierre et Miquelon, "en voie d'alignement progressif avec celui de l'hexagone". 

Voyez le reportage de Claire Arrossaména et Anthony Capra à Saint-Pierre :
©saintpierremiquelon
 

Du rouge en Martinique

Plus de 5000 personnes ont marché dans les rues de Fort-de-France en Martinique, selon les reporters de Martinique la 1ère sur place. "Nombre de manifestants étaient vêtus de rouge", ont-ils d'ailleurs noté, en clin d'œil aux couleurs des grandes manifestations contre la vie chère en 2009
  

60% de grévistes dans l'Éducation en Guadeloupe

En Guadeloupe aussi, l'appel des organisations syndicales a été entendu. L'Académie a annoncé un taux de grévistes de 60% dans l'Éducation nationale. D'autres secteurs ont été touchés par la grève, comme les mairies et collectivités majeures, l'université, Météo France, l'aéroport, ou encore Pôle Emploi. 
 
 

Marches en Guyane

De Cayenne à Saint-Laurent du Maroni, plus de 1500 personnes ont marché dans les rues de Guyane dès 8h30 du matin, pour suivre les marches qui démarraient dans l'Hexagone. Les syndicats ont d'ailleurs appelé à poursuivre la grève ce vendredi 6 décembre. 

Le reportage de Pierre Tréfoux à Cayenne :

Grève à Cayenne

 

Perturbations en Polynésie

Enfin, décalage horaire oblige, les Polynésiens ont été les derniers à suivre la grève nationale. Selon les syndicats, 9 écoles primaires sur 10 ont été fermées et plus d’1 établissement sur 2 dans le secondaire. Après un rassemblement à Vaiete, le Haut-Commissaire Dominique Sorain a reçu l'intersyndicale. Les programmes télévisés de Polynésie la 1ère ont par ailleurs été perturbés. 
Thierry Barrère, secrétaire général adjoint de l’UNSA éducation, a estimé que la réforme ne ferait "que des perdants" :
 

Interview

Pourquoi cet appel à la grève ?
A l'origine de la colère, le "système universel" par points censé remplacer à partir de 2025 les 42 régimes de retraites existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires). L'exécutif promet un dispositif "plus juste", quand les opposants redoutent une "précarisation" des retraités, note l'AFP. 

Plus de 7 Français sur 10 soutiennent l'appel à la grève et 70% se disent inquiets de la mise en place d'un système universel à points. 

Malgré un document de 132 pages remis en juillet dernier par Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire aux retraites du gouvernement Philippe, de nombreuses questions subistent sur la mise en place de ce nouveau régime : comment prendre en compte la pénibilité ? Faudra-t-il travailler plus longtemps ? Des discussions avec les partenaires sociaux sont prévus les 9 et 10 décembre prochain. 

A lire sur franceinfo : Grève contre la réforme des retraites : pourquoi le projet du gouvernement coince auprès d'une majorité de Français
Publicité