Marie-Antoinette voulait celui qu’on appelle le "Mozart noir", pourquoi Saint-George n’a-t-il pas été directeur de l’Académie royale de musique ?

Le chevalier de Saint-George par l' Abbé Alexandre-Auguste Robineau 1787 (Zistoir - Episode 2 du chevalier de Saint-George)
Outre-mer la 1ère vous propose un podcast en six épisodes de 30 mn sur le parcours exceptionnel du chevalier de Saint-George (1745-1799). Des interviews d’écrivains, d’historiens, des archives illustrent le récit. En bonus, un article interview accompagne le podcast. Troisième épisode : un chevalier très en cour.

Né esclave en Guadeloupe, le chevalier de Saint-George est parvenu à se hisser au sommet de la société aristocratique du 18e siècle aussi bien en France qu’en Angleterre. Il côtoyait Marie-Antoinette, Louis XVI, le duc d’Orléans ou le prince de Galles. Comment le chevalier a-t-il pu ainsi se mouvoir avec autant d’aisance dans une société si difficile d’accès ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir avec notre série de podcasts consacrée au chevalier de Saint-George.

Troisième épisode : un chevalier très en cour

Pour chaque épisode, nous vous proposons en bonus une interview écrite de l’un des invités du podcast. Cette semaine, il s'agit de la martiniquaise Cécilia Elimort-Trani, doctorante en histoire moderne à Paris I et enseignante.

Cécilia Elimort-Trani pour Zistoir (Episode 3 du chevalier de Saint-George)

 

Outre-mer la 1ère : au XVIIIᵉ siècle, le chevalier de Saint-George est métis, mulâtre, disait-on à l’époque, mais il est très bien accepté par l'aristocratie française. Comment expliquer son intégration parfaite dans la haute société ?

Cécilia Elimort-Trani : Il accède effectivement à certains grades de la noblesse. Donc, il est anobli en 1757, il a la charge ordinaire de la chambre du roi, comme son père. C’est un titre honorifique. Son père va lui acheter une charge à Versailles. Il devient trésorier de l'extraordinaire des guerres et entre en 1761 dans les gendarmes de la garde du roi Louis XV. Et du fait de toutes ses relations, il va accéder à différentes branches de la noblesse. On le verra après avec la marquise de Montesson, Philippe d'Orléans et surtout les francs-maçons. Il va côtoyer un certain nombre de personnes plus ou moins importantes et c'est ce qui va lui permettre d'avoir une intégration assez aisée dans la haute aristocratie du fait des relations qu'il peut avoir.

Le chevalier de Saint-Georges a plusieurs fois croisé le chemin de la reine Marie-Antoinette. Ils se connaissent. Il lui a même rendu visite à Versailles. L'Ascension du chevalier de Saint-George est telle qu'il envisage de prendre la direction de l'Académie royale de musique vers 1775. Mais là, trois femmes s'opposent à lui et adressent un placet à la reine. Que s'est-il passé exactement ?

Effectivement, le nom de Saint-George est proposé à la direction de l'Opéra de Paris, donc l'Académie royale. Mais quelques dames de la maison, leurs noms sont cités dans les archives, Mesdemoiselles Arnould, Guimard, Levasseur et autres vont effectivement faire un placet à la reine. Un placet, c'est une sorte de missive, de courrier dans lequel on fait part de son mécontentement, toujours en essayant de garder la bienséance. Dans le texte, elles écrivent que selon "leur condition, leur humanité, elles se disent offusquées à l'idée d'être sous l'autorité d'un mulâtre". C'est ça qui pose problème. La reine Marie-Antoinette va décider d'accéder à leur demande et donc d'empêcher la nomination du chevalier de Saint-George.

La reine Marie-Antoinette (1775)

Est-ce qu'on peut dire que c'est le premier scandale raciste de la deuxième moitié du XVIIIᵉ siècle ?

Je ne sais pas, mais ça fait quand même du mal à la carrière du chevalier de Saint-George, le fait qu'il ne soit pas nommé alors qu'il était en pleine ascension à l'époque. On est en plein dans le préjugé de couleur. Et puis la présence des gens de couleur à Paris pose question, notamment avec la police des noirs. Donc, on est vraiment dans un contexte particulier.

Au siècle des Lumières, est-ce que les noirs étaient bien acceptés dans l'hexagone ?

Non, ils subissent le préjugé de couleur. Et puis surtout la police des noirs va être mise en application en août 1777. L'idée, c'est de maintenir l'ordre parce qu'on considère que le nombre de personnes de couleur dans l'Hexagone est trop important. Et donc cette police des noirs va être adoptée pour essayer de limiter leur nombre et éviter que ces gens de couleur, s'ils retournent dans les colonies, ne créent des troubles. On a aussi un mécontentement au niveau des propriétaires dans les colonies qui disent qu'ils manquent de main d'œuvre. Donc l'idée, c'est de restreindre le nombre de gens de couleur en métropole.

Après l’affaire de l’Académie royale, le chevalier de Saint-George va se tourner vers la famille d’Orléans. En 1777, il dirige le théâtre de la marquise de Montesson, l'épouse du duc Louis-Philippe d'Orléans. Est-ce que ce cousin du roi était très puissant ?

Oui, c'est un prince de sang, donc il fait partie de l'entourage très proche du roi. Son fils qui prendra le titre de duc d’Orléans puis de Philippe-Egalité jouera un rôle prépondérant dans la déchéance de son cousin Louis XVI pendant la Révolution.

En plus d'être directeur du théâtre de la famille d'Orléans, le chevalier de Saint-George était leur lieutenant des chasses. Est-ce que c'était prestigieux à cette époque d'organiser les chasses d'une famille aussi puissante que la famille d'Orléans ?

Oui, c'est très prestigieux. Et puis c'est surtout très important de faire partie de cette élite-là aussi. Donc c'est une sorte de tremplin pour le chevalier de Saint-George à ce moment-là également.

Est-ce que le chevalier de Saint-George était franc-maçon ?

Oui, il va rejoindre plus tard le cercle révolutionnaire du jeune duc d'Orléans. Et ce jeune duc d'Orléans est le grand maître d’Orient de France, l'une des premières loges maçonniques à l'époque. On considère que le chevalier de Saint-George est le premier homme de couleur franc-maçon.

Retrouvez ici les six épisodes de Zistoir consacrés au chevalier de Saint-George.