Nouvelle-Calédonie : pour Marlène Schiappa, “l’heure est au dialogue” avant le troisième référendum sur la souveraineté

gouvernement de nouvelle-calédonie
schiappa
Marlène Schiappa ©Capture d'écran

Le prochain référendum sur la pleine souveraineté du Caillou doit se tenir d'ici octobre 2022. Lors de la session de questions au gouvernement de ce mardi 11 mai, la ministre en charge de la Citoyenneté a assuré vouloir maintenir le dialogue avec les acteurs politiques de Nouvelle-Calédonie.

Madame la ministre, pouvez-vous nous expliquer l’action du gouvernement pour accompagner ce territoire vers une transition la plus douce possible ?” C’est la question posée par le député de la cinquième circonscription de Gironde, Benoit Simian, lors de la session de  questions au gouvernement qui s’est tenue ce mardi dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Une question qui intervient alors que la Nouvelle-Calédonie traverse une crise politique majeure depuis près de quatre mois et demi

Un nouveau gouvernement dans l’impasse

Depuis le 2 février dernier, la Nouvelle-Calédonie est paralysée. Paralysée depuis que son gouvernement a chuté”, rappelle le député Simian. Alors que le 16e gouvernement de Nouvelle-Calédonie a été dissous début février suite au départ de cinq membres indépendantistes, des élections ont été organisées dans la foulée. 

Le 17 février dernier, pour la première fois depuis la signature des Accords de Nouméa en 1998, le Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS), les indépendantistes ont obtenu la majorité des sièges du gouvernement calédonien”, rappelle Benoit Simian. Mais s’il est vrai que les indépendantistes ont obtenu la plupart des suffrages exprimés, l'exécutif calédonien reste pour l’heure sans majorité claire. Et le nouveau gouvernement n’est toujours pas formé, faute d’accord entre toutes les parties. 

Cette crise illustre à quel point les tensions politiques calédoniennes sont profondes et ne présagent pas un climat serein quant à la tenue du référendum”, a encore ajouté le député originaire de Bordeaux. 

“Nous ne renoncerons pas au dialogue”

En l’absence du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, en visite officielle en Polynésie depuis plusieurs jours, c’est la ministre en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, qui a répondu au député Benoit Simian. Invoquant toutes les initiatives du gouvernement pour prendre le pouls de la population calédonienne en vue du prochain référendum, la ministre a affirmé oeuvrer au côté de “toutes les formations politiques locales” pour bâtir “l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie”. 

Nous avons demandé au Haut-commissaire de lancer une consultation avec la société civile, un travail sur les conséquences d’un oui ou d’un non va être réalisé et présenté aux responsables politiques calédoniens et au Parlement à l’occasion de la semaine calédonienne”, a fait savoir Marlène Schiappa. 

Il appartient aux Calédoniens de déterminer leur avenir.

Marlène Schiappa, ministre déléguée en charge de la Citoyenneté


Alors qu’une délégation de responsables politiques du Caillou est attendue mi-mai à Matignon pour rencontrer le Premier ministre Jean Castex, la ministre a affirmé que “plus que jamais, l’heure est au dialogue avec tous les acteurs” et martelle que le gouvernement ne “renoncera pas à ce dialogue”. “L’avenir de la Nouvelle-Calédonie nous importe, à toutes et à tous. Il appartient aux Calédoniens de déterminer leur avenir, mais il nous appartient collectivement de dresser les enjeux et les conséquences de chaque choix, en transparence et en conscience”, a indiqué Marlène Schiappa. 

Retrouvez l’intégralité des échanges en vidéo