Vaccination ouverte à tous les majeurs dans une grande partie des Outre-mer

coronavirus
Vaccination
©DR

La cible vaccinale va être largement étendue dans plusieurs territoires d’Outre-mer, passant à 18 ans dans une grande partie d'entre eux, et même à 16 ans à Mayotte. Dans l'Hexagone, l'ouverture de la vaccination à l'ensemble des adultes volontaires n'est attendue que pour la mi-juin.

Le 27 avril, sur l'ensemble des Outre-mer, 9,3% de la population a reçu une première injection, 4,7% les deux injections. La campagne vaccinale patine et le gouvernement a décidé d'élargir la vaccination aux jeunes dans plusieurs territoires.

À Mayotte, "la vaccination est ouverte à toutes les personnes de plus de 16 ans, sans autre critère", selon le ministère des Outre-mer. La vaccination est ouverte à tous les habitants de plus de 18 ans, sans restriction, en Guadeloupe depuis jeudi, mais aussi en Martinique, en Guyane, à Saint-Barthélémy, à Saint-Martin, ainsi qu'à Wallis-et-Futuna, et Saint-Pierre-et-Miquelon.

A La Réunion, les personnes de plus de 18 ans atteintes d’une pathologie considérée comme à risque de forme sévère peuvent désormais prétendre à la vaccination. Dès le 3 mai, "en plus de toute personne âgée de plus de 55 ans, la vaccination sera également ouverte aux personnes de plus de 50 ans, sans autre critère", ajoute-t-il. 

Calendrier accéléré par rapport à l'Hexagone

Dans l'Hexagone, l'ouverture de la vaccination à l'ensemble des adultes volontaires n'est attendue que pour la mi-juin.

"Ces élargissements sont de nouvelles mesures spécifiques, contribuant à accélérer la stratégie de vaccination en Outre-mer alors que la défiance constatée vis-à-vis des vaccins y est plus forte qu'en métropole ; le manque d'adhésion dans les territoires ultramarins constituant l'un des principaux freins à la vaccination", explique le ministère des Outre-mer.

Couverture vaccinale trop faible aux Antilles

En Martinique, "la cible vaccinale va être étendue à toute personne majeure quelque soit son statut", les 10% de couverture vaccinale de l'ensemble des habitants de la Martinique n'étant "clairement pas encore satisfaisant", a assuré le directeur de l'ARS Jérôme Viguier lors d'une conférence de presse jeudi. Le nombre de cas diminue depuis deux semaines, avec 642 nouveaux cas dénombrés du 19 au 25 avril, cependant "le virus continue à circuler de manière soutenue en Martinique, cette baisse est lente", a-t-il ajouté. Sur le territoire, 46 921 injections de vaccins ont été réalisées.

"Le taux de vaccination pour la zone de la Guadeloupe et des îles du nord apparait dans les statistiques nationales comme étant très faible", a reconnu la préfecture de Guadeloupe qui a également indiqué que dès vendredi, "la vaccination va être progressivement ouverte aux personnes âgées de 18 ans et plus", dans un communiqué. La Guadeloupe connaît sa troisième vague épidémique depuis plusieurs semaines: 13 nouveaux décès sont à déplorer entre le 19 et le 25 avril, et "15 nouveaux clusters" ont été déclarés.

Sur l'île de Saint-Martin, la préfecture a annoncé jeudi l'ouverture d'un premier centre de vaccination, après les campagnes de vaccination gratuites dans les différents quartiers de l'île. L'île de Saint Martin a dénombré 22 nouveaux cas pour la semaine du 19 au 25 avril, un chiffre en hausse comparé à la semaine précédente où 14 nouveaux cas avaient été détectés. "Depuis le 26 avril, cinq nouveaux cas de Covid ont été enregistrés sur 350 analyses effectuées", a précisé l'ARS.

A lire aussi : Vaccination contre le Covid-19 : les Outre-mer à la traîne